Ecoutez Radio Sputnik
    International

    La Russie pourra aider l'Ossétie du Sud à former un gouvernement (Poutine)

    International
    URL courte
    0 0 0

    Les experts russes aideront les autorités d'Ossétie du Sud (république autoproclamée sur le territoire géorgien) à former un gouvernement si le président sud-ossète adresse une demande en ce sens à Moscou, a déclaré lundi le premier ministre russe Vladimir Poutine.

    MOSCOU, 18 août - RIA Novosti. Les experts russes aideront les autorités d'Ossétie du Sud (république autoproclamée sur le territoire géorgien) à former un gouvernement si le président sud-ossète adresse une demande en ce sens à Moscou, a déclaré lundi le premier ministre russe Vladimir Poutine.

    "La formation d'un gouvernement relève du président de la république", "s'il demande d'envoyer des spécialistes (en Ossétie du Sud), nous y sommes prêts", a indiqué M.Poutine lors d'une réunion du bureau du gouvernement russe.

    Il a ainsi commenté la demande du ministre russe des Situations d'urgence Sergueï Choïgou "d'accélérer certaines prises de décisions" sur l'Ossétie de Sud, notamment la décision de créer d'urgence les ministères de l'Enseignement, de la Santé publique et de l'Énergie dans la république où le président Edouard Kokoïty a dissous le cabinet incapable de gérer la crise humanitaire provoquée par l'agression géorgienne.

    La Géorgie a attaqué la république autoproclamée d'Ossétie du Sud dans la nuit du 7 au 8 août. Les autorités sud-ossètes font état de plus de 2.000 morts parmi les civils alors que d'après le ministère russe des Affaires étrangères, 1.600 civils ont été tués pendant les hostilités. La Russie a été contrainte de lancer une opération de protection des civils ossètes contre l'agression géorgienne qui s'est achevée le 12 août. Le président sud-ossète a dissous le gouvernement avant de décréter l'état d'urgence en Ossétie du Sud pour un mois.

    Lire aussi:

    Bachar el-Assad se prononce sur le statut international de l’Ossétie du Sud
    Damas reconnaît l'Ossétie du Sud: un «acte profondément réfléchi»
    «Si l'Occident avait dit stop à Saakachvili, la guerre n'aurait pas eu lieu»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik