Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Medvedev déplore le silence des Vingt-Sept sur l'agression géorgienne

    International
    URL courte
    0 0 0

    Le président russe Dmitri Medvedev regrette que l'UE, réuni lundi à Bruxelles pour un sommet extraordinaire sur la Géorgie, n'ait pas condamné l'agression géorgienne contre l'Ossétie du Sud, a fait savoir mercredi le service de presse du Kremlin.

    MOSCOU, 3 septembre - RIA Novosti. Le président russe Dmitri Medvedev regrette que l'UE, réuni lundi à Bruxelles pour un sommet extraordinaire sur la Géorgie, n'ait pas condamné l'agression géorgienne contre l'Ossétie du Sud, a fait savoir mercredi le service de presse du Kremlin.

    "La Russie a constaté le rôle constructif de la France, qui assume la présidence tournante de l'UE, dans l'adoption d'une résolution globalement équilibrée", a souligné le Kremlin dans un communiqué publié à l'issue d'un entretien téléphonique entre M. Medvedev et son homologue français Nicolas Sarkozy.

    Dans le même temps, le chef du Kremlin "a déploré que le document final du sommet ne contienne pas d'évaluation de principe de l'agression géorgienne en tant que cause première de la crise autour de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie", lit-on dans le communiqué.

    Lors de l'entretien, les deux hommes ont également évoqué les préparatifs du sommet russo-français qui aura lieu le 8 septembre prochain à Moscou.

    La Russie a reconnu le 26 août l'indépendance des républiques autoproclamées d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud au lendemain d'une offensive armée lancée par Tbilissi contre cette dernière, le 8 août. L'armée géorgienne a pratiquement détruit Tskhinvali, la capitale sud-ossète, et a tué des centaines de civils. La Russie a déclenché une riposte militaire de grande envergure que de nombreux responsables occidentaux ont qualifiée d'usage disproportionné de la force.

    Réunis lundi à Bruxelles pour un sommet extraordinaire sur la Géorgie, les Vingt-Sept n'ont pas adopté de sanctions à l'égard de la Russie.

    Lire aussi:

    Bachar el-Assad se prononce sur le statut international de l’Ossétie du Sud
    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    La Syrie et l'Ossétie du Sud établissent des relations diplomatiques
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik