Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Sarkozy à Moscou: la situation dans le Caucase au menu

    International
    URL courte
    0 0 0

    Le président français Nicolas Sarkozy arrivera le 8 septembre à Moscou pour s'entretenir avec son homologue russe Dmitri Medvedev de la situation dans le Caucase, apprend-on lundi de source diplomatique russe.

    MOSCOU, 8 septembre - RIA Novosti. Le président français Nicolas Sarkozy arrivera le 8 septembre à Moscou pour s'entretenir avec son homologue russe Dmitri Medvedev de la situation dans le Caucase, apprend-on lundi de source diplomatique russe.

    "Le président français Nicolas Sarkozy voudrait poursuivre avec son homologue russe Dmitri Medvedev les discussions concernant la situation dans le Caucase", avait auparavant annoncé à RIA Novosti Andreï Nesterenko, porte-parole de la diplomatie russe.

    "Les présidents passeront probablement en revue d'autres questions d'actualité, mais je ne suis pas autorisé à commenter le déroulement des futures négociations", a noté le diplomate russe.

    "Le dialogue régulier avec nos partenaires de l'UE ou d'autres régions du monde permet d'échanger toutes sortes d'informations sans intermédiaires", a-t-il souligné, ajoutant que ceci permettait d'éviter l'altération des faits par de tierces parties.

    Lors de son voyage à Moscou, le président français Nicolas Sarkozy, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE, sera accompagné par le président de la Commission européenne José Manuel Barroso et le Haut Représentant de l'UE pour la politique étrangère et de sécurité commune Javier Solana. Après Moscou, la délégation se rendra à Tbilissi, en Géorgie.

    La Russie a reconnu le 26 août l'indépendance des républiques autoproclamées d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud au lendemain d'une offensive armée lancée par Tbilissi contre cette dernière, le 8 août. L'armée géorgienne a pratiquement détruit Tskhinvali, la capitale sud-ossète, et a tué des centaines de civils. La Russie a déclenché une riposte militaire de grande envergure que de nombreux responsables occidentaux ont qualifiée d'usage disproportionné de la force.

    Lire aussi:

    «Si l'Occident avait dit stop à Saakachvili, la guerre n'aurait pas eu lieu»
    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    Bachar el-Assad se prononce sur le statut international de l’Ossétie du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik