Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Ossétie du Sud: la Russie était dans son bon droit (Poutine)

    International
    URL courte
    0 0 0

    Les démarches russes lors du règlement du conflit en Ossétie du Sud, déclenché par l'agression géorgienne, étaient totalement légitimes, a déclaré samedi le premier ministre russe Vladimir Poutine dans une interview à la télévision russe.

    MOSCOU, 8 septembre - RIA Novosti. Les démarches russes lors du règlement du conflit en Ossétie du Sud, déclenché par l'agression géorgienne, étaient totalement légitimes, a déclaré samedi le premier ministre russe Vladimir Poutine dans une interview à la télévision russe.

    "Nous ne sommes pas tenus de nous excuser devant qui que ce soit, car nous sommes convaincus de la justesse de nos actes", a annoncé le premier ministre.

    "Nous nous conduisons de façon tout à fait morale, dans le cadre du droit international en vigueur. Si un pays européen veut servir les intérêts de la politique extérieure de certains pays, nous ne pouvons pas empêcher ce processus. Dans ce cas là on dit il me semble: charité bien ordonnée commence par soi-même", a poursuivi M. Poutine.

    "Nous sommes convaincus que la vérité est de notre côté. Quelqu'un est entré sur le seuil de notre maison, en y organisant une action sanguinaire, une provocation. Nous avons tout simplement protégé la vie et la santé de nos soldats de la paix qui ont été pilonnés par des chars. Nous avons protégé les civils d'Ossétie du Sud, comme l'exige notre mission de pacification. Nous étions tenus de le faire", a-t-il poursuivi.

    M. Poutine a rappelé le massacre de Srebrenica. "En 1995, le contingent de paix européen était représenté par les Hollandais. Ils ont décidé de ne pas s'engager dans le combat, de fuir. Jusqu'à présent, ils s'en rappellent et demandent pardon. Et pourtant, les gens de Srebrenica sont morts et enterrés. Attendait-on que nous fassions la même chose? Que nous n'exécutions pas notre devoir devant les gens que nous étions tenus de protéger? Nous n'avons pas à nous excuser. Nous sommes sûrs d'être dans notre bon droit. Cependant, nous n'envisageons pas de chercher querelle, nous allons travailler", a fait savoir M. Poutine.

    Lire aussi:

    Bachar el-Assad se prononce sur le statut international de l’Ossétie du Sud
    «Si l'Occident avait dit stop à Saakachvili, la guerre n'aurait pas eu lieu»
    Damas reconnaît l'Ossétie du Sud: un «acte profondément réfléchi»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik