Ecoutez Radio Sputnik
    International

    L'OTAN prête à défendre les membres du bloc à tout moment (ambassadeur américain)

    International
    URL courte
    0 10

    L'OTAN est prête si nécessaire à défendre les Etats d'Europe centrale et orientale devenus membres de l'Alliance, a annoncé lundi Kurt Volker, représentant permanent des Etats-Unis auprès de l'OTAN, dans un discours à l'Institut norvégien de politique étrangère.

    BRUXELLES, 8 septembre - RIA Novosti. L'OTAN est prête si nécessaire à défendre les Etats d'Europe centrale et orientale devenus membres de l'Alliance, a annoncé lundi Kurt Volker, représentant permanent des Etats-Unis auprès de l'OTAN, dans un discours à l'Institut norvégien de politique étrangère.

    "Nous avons un engagement vis-à-vis de ces Etats en vertu de l'article 5 du Traité de l'Atlantique nord (prévoyant l'aide militaire de tous les membres de l'Alliance, ndlr)", a déclaré M. Volker cité par son service de presse.

    Cependant, l'OTAN n'est pas habilitée à défendre la Géorgie contre "l'action militaire russe" qui, selon lui, ouvre "un nouveau chapitre de l'après-guerre Froide", a-t-il constaté.

    Après avoir fait remarquer que l'Alliance ne souhaitait pas de confrontation avec Moscou, M. Volker a souligné que la coopération de l'OTAN avec Moscou ne pouvait exister qu'avec "une Russie respectueuse de ses voisins".

    M. Volker a condamné les agissements de la Russie en Ossétie du Sud et l'a exhortée à renoncer à sa reconnaissance de l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie.

    La Russie a reconnu le 26 août l'indépendance des républiques autoproclamées d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud au lendemain d'une offensive armée lancée par Tbilissi contre cette dernière le 8 août. L'armée géorgienne a pratiquement détruit Tskhinvali, la capitale sud-ossète, et a tué des centaines de civils. La Russie a déclenché une riposte militaire de grande envergure que de nombreux responsables occidentaux ont qualifiée d'usage disproportionné de la force.

    Lire aussi:

    Bachar el-Assad se prononce sur le statut international de l’Ossétie du Sud
    «Si l'Occident avait dit stop à Saakachvili, la guerre n'aurait pas eu lieu»
    Damas reconnaît l'Ossétie du Sud: un «acte profondément réfléchi»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik