Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Les autorités abkhazes souhaitent créer un paradis fiscal (Novye izvestia)

    International
    URL courte
    0 1 0 0
    MOSCOU, 8 septembre - RIA Novosti. Le président abkhaze Sergueï Bagapch a annoncé samedi dernier que la république avait l'intention de devenir un Etat offshore: d'après lui, toutes les conditions sont réunies pour que l'Abkhazie se transforme en zone franche, lit-on lundi dans le quotidien Novye izvestia.

    Selon les experts, dans le contexte d'un durcissement des conditions dans de nombreuses zones offshores occidentales, l'Abkhazie est capable d'attirer sur son territoire une partie considérable des compagnies offshores qui travaillent avec du capital russe.

    Les zones offshores sont contrôlées aussi bien par le Fonds monétaire international que par les banques centrales de plusieurs pays du monde. Il est évident que le FMI et ces banques d'Etat ne qualifieront pas l'Abkhazie d'offshore tant que les gouvernements des pays en question ne reconnaîtront pas l'indépendance de cette république. Par conséquent, seules les compagnies russes et, peut-être, nicaraguayennes pourront entretenir des rapports économiques avec des compagnies offshores enregistrées en Abkhazie.

    D'ailleurs, pour l'instant, l'Abkhazie ne prétend pas à quelque chose de plus important. Le capital russe pourrait parfaitement améliorer à lui seul la situation financière de la république. En outre, de l'avis de la plupart des experts interrogés, la création d'une zone franche sur le territoire de l'Abkhazie ne relève nullement du fantastique et pourrait intervenir dans un avenir proche. "Toutes les conditions sont réunies en Abkhazie pour y créer une zone offshore, estime Vladimir Jarikhine, vice-directeur de l'Institut des pays de la CEI (Communauté des Etats indépendants). La Chine a connu une situation analogue lors de la création de la zone franche de Shenzhen: elle fut entourée de barbelés, un poste-frontière fut installé et un laissez-passer était nécessaire pour y entrer".

    Les problèmes liés aux préparatifs des Jeux olympiques de Sotchi pourraient accélérer la création d'une zone offshore en Abkhazie. "On ne trouve pas de gravier sur le territoire de Krasnodar, mais il y en a en Abkhazie. Une zone offshore donnerait une impulsion aux compagnies de construction", a ajouté Vladimir Jarikhine.

    Ces dernières années, en raison de la lutte contre le financement du terrorisme international, les Etats occidentaux ont accru leur pression sur les offshores et obligé nombre d'entre elles à renforcer leur contrôle. C'est pourquoi la création d'une zone offshore en Abkhazie pourrait être un don du ciel pour les compagnies russes. "Dans le monde entier, les offshores perdent de leur attrait, a confirmé Nikita Kritchevski, directeur scientifique de l'Institut de stratégie nationale. La plupart des transactions et des flux financiers sont suivis et contrôlés. C'est pourquoi je suis absolument certain que l'Abkhazie attirera les compagnies russes, qui transfèreront les vieilles sociétés offshores sur son territoire. Il s'agira d'une zone offshore spécialement destinée aux compagnies russes, car elle se trouvera, en fait, sous la juridiction de la Russie". D'ici six mois, l'Abkhazie égalera les Bahamas pour le niveau de liberté financière, estime l'expert.

    Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Grands titres

    • Alexeï Pouchkov

      Quoique la propagande existe dans les médias occidentaux, dont certains rappellent parfois la Pravda du temps de l’URSS, les élites politiques européennes préfèrent en faire porter le chapeau à la presse russe qui présente une vérité gênante et un point de vue alternatif, d’après un sénateur russe qui a accordé une interview en français à Sputnik.

      473200
    • Le «Daechstan» syrien, est-il bien réel?

      Le terme «Daechstan» proposé par Jean-Marc Ayrault, a déjà fait couler beaucoup d'encre et a fait également l'objet d'un entretien de Sputnik avec Gérard Bapt, député du Parti socialiste (PS) et président du Groupe d'amitié France-Syrie.

      5902
    • Spitak : après le séisme

      À 11h41, le 7 décembre 1988, la région nord-ouest de l’Arménie a été dévastée par un fort séisme. En 30 secondes la ville de Spitak a été détruite.

      2402
    • Des tonnes d’agrumes en don aux habitants d’Alep-Est

      Les fermiers syriens de Lattaquié ont envoyé à Alep un convoi de camions chargés d’agrumes. Ces fruits sont destinés aux civils et aux soldats qui tiennent tête aux extrémistes.

      71579
    • Hagi Hassan Brita

      Brita Hagi Hassan est en visite à Paris depuis dix jours. Qui est celui que l’on présente comme le maire d’Alep, invité par des associations et reçu au Quai d’Orsay ? Est-il en train de "circuler entre différentes capitales pour essayer de continuer sa propagande » comme l'estime Gérard Bapt interrogé par Sputnik?

      212342
    • Le président sortant des Etats-Unis Barack Obama

      Barack Obama a reconnu que son pays était impliqué dans l'apparition du groupe État islamique. Cette idée a déjà été énoncée par le président syrien Bachar el-Assad et d'autres hommes politiques, y compris le successeur d'Obama Donald Trump.

      6610175