Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Trois Russes sur quatre dénoncent une corruption généralisée (sondage)

    International
    URL courte
    0 0 0
    MOSCOU, 17 septembre - RIA Novosti. Les trois quarts des Russes (74%) critiquent l'ampleur de la corruption en Russie, selon un sondage dont les résultats ont été rendus publics mercredi par le Centre national d'étude de l'opinion publique (VTsIOM).

    Les Russes sont 30% à considérer le niveau de la corruption comme "très élevé", 44% comme "élevé", 19% comme "moyen" et 1% comme "bas". Aucune des personnes interrogées n'a constaté l'absence de corruption dans le pays.

    Parmi les régions russes, la corruption est surtout présente dans le nord-ouest (46%), en Sibérie (43%) et dans le sud (41%). Plus la localité est importante, plus les institutions sont corrompues, estiment les sondés. L'omniprésence de la corruption est ainsi constatée par 42% des Moscovites et des Pétersbourgeois, contre 21% de la population rurale.

    La police routière (33%), les autorités locales (28%) et la police (26%) sont considérées comme les domaines les plus touchés. Parmi d'autres domaines, on cite les soins médicaux (16%), l'enseignement (15%), les autorités fédérales (15%), le système judiciaire (15%), les grandes entreprises (13%), les bureaux de recrutement militaire (8%), le showbiz (6%), l'armée (5%), le commerce (4%), le parlement et les partis politiques (3%) et la société en général (23%).

    Près d'un Russe sur deux (47%) reconnaît cependant n'avoir jamais eu l'occasion d'offrir de l'argent ou des cadeaux à des personnes dont dépendait le règlement de leurs problèmes, et moins d'un tiers (28%) se souviennent de quelques cas ponctuels. Les Russes sont 20% à reconnaître avoir souvent versé des dessous-de-table.

    52% des Russes offrent des cadeaux ou donnent de l'argent à des médecins, 36% à des enseignants, et 28% ont dû verser une "gratification" aux agents de la police routière.

    Parmi les causes de la corruption, on cite "l'avarice et l'immoralité des fonctionnaires et des entrepreneurs" (39%), "l'imperfection de la législation" (35%) et "le faible niveau de la culture juridique et du respect des lois" (21%).

    Les sondés sont 43% à ne voir aucun progrès dans la lutte contre la corruption au cours de l'année écoulée, 32% à constater de faibles progrès, 10% à dénoncer la dégradation de la situation, seulement 7% à se féliciter d'une avancée et autant à ne pas se prononcer.

    Le sondage a été réalisé les 6 et 7 septembre dernier sur un échantillon de 1.600 personnes dans 140 localités de 42 régions. La marge d'erreur statistique ne dépasse pas 3,4%.

    Lire aussi:

    Porochenko désigne le coupable de la corruption en Ukraine
    L’Onu dévoile le montant des pots-de-vin dans le monde
    Lutte contre la corruption en Russie: Poutine met les points sur les «i»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik