Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Ossétie du Sud: l'OTAN ne se joindra pas à une enquête internationale (Appathurai)

    International
    URL courte
    0 0 0

    L'OTAN n'entend pas participer à l'enquête internationale indépendante sur le conflit en Ossétie du Sud, proposée lundi dernier à Bruxelles par les ministres des Affaires étrangères des 27 pays membres de l'Union européenne, a déclaré mercredi le porte-parole de l'Alliance, James Appathurai.

    BRUXELLES, 17 septembre - RIA Novosti. L'OTAN n'entend pas participer à l'enquête internationale indépendante sur le conflit en Ossétie du Sud, proposée lundi dernier à Bruxelles par les ministres des Affaires étrangères des 27 pays membres de l'Union européenne, a déclaré mercredi le porte-parole de l'Alliance, James Appathurai.

    Et d'ajouter que la Géorgie avait accepté de participer à cette enquête, alors que la Russie l'avait refusé.

    La Russie a signé mercredi des accords d'amitié et de coopération avec les républiques d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud. Le président russe Dmitri Medvedev et ses homologues abkhaze et sud-ossètes, Sergueï Bagapch et Edouard Kokoïty, ont apposé leurs signatures au bas des documents appropriés au cours d'une cérémonie solennelle au Kremlin, à Moscou.

    La Russie a reconnu le 26 août l'indépendance des deux républiques autoproclamées sur le territoire géorgien, dont les habitants ont demandé la reconnaissance après l'agression géorgienne contre l'Ossétie du Sud, du 8 au 12 août derniers. Celle-ci a fait des centaines de morts parmi la population civile selon les autorités sud-ossètes et a pratiquement rayé de la carte la ville de Tskhinvali. Tbilissi avait également l'intention d'attaquer l'Abkhazie.

    Le 9 septembre, la Russie a établi des relations diplomatiques avec les deux républiques.

    Lire aussi:

    Bachar el-Assad se prononce sur le statut international de l’Ossétie du Sud
    Damas reconnaît l'Ossétie du Sud: un «acte profondément réfléchi»
    L'Ossétie du Sud et l'Abkhazie rendent hommage aux victimes de l'agression géorgienne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik