Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Ossétie du Sud: pas question d'une nouvelle "guerre froide" pour le Pentagone (Gates)

    International
    URL courte
    0 0 0

    La défaite infligée à l'armée géorgienne par la Russie en août dernier ne signifie pas que les Etats-Unis doivent prévoir "une guerre froide", a annoncé lundi le chef du Pentagone, Robert Gates, intervenant devant les étudiants de l'Université de la Défense nationale.

    WASHINGTON, 30 septembre - RIA Novosti. La défaite infligée à l'armée géorgienne par la Russie en août dernier ne signifie pas que les Etats-Unis doivent prévoir "une guerre froide", a annoncé lundi le chef du Pentagone, Robert Gates, intervenant devant les étudiants de l'Université de la Défense nationale.

    "La récente campagne russe contre la Géorgie a démontré que les armées jouaient encore un rôle. La répression de la minuscule armée géorgienne le mois dernier ne signifie pas que les Etats-Unis doivent se préparer à "une guerre froide", a annoncé Robert Gates. Selon lui, l'armée russe s'est considérablement améliorée ces dix dernières années, restant toutefois "juste une ombre de son prédécesseur soviétique".

    "Bien que l'intervention aérienne et maritime russe dans cet hémisphère ait suscité l'intérêt des médias, cela ne veut rien dire : en réalité, au cours des 15 dernières années la Flotte russe n'a mis en service que deux bâtiments de guerre sérieux", a expliqué le chef du Pentagone. La Russie incarne pour les Etats-Unis des problèmes importants, cependant ils diffèrent considérablement des problèmes précédents, a poursuivi M.Gates.

    "Souvenez-vous que ce sont l'envie de se débarrasser des humiliations passées et la volonté de prédominer le long de ses frontières qui mènent la Russie. Il ne s'agit donc pas d'une campagne idéologique visant à dominer le monde", a indiqué M.Gates.

    Lire aussi:

    «S'allier avec les USA fut la plus grande erreur de la Géorgie»
    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    Bill Gates expose sa vision de Donald Trump
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik