Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Sur le départ, l'ambassadeur britannique à Moscou promet un "comeback" (Izvestia)

    International
    URL courte
    0 0 0
    MOSCOU, 30 septembre - RIA Novosti. Tony Brenton, l'ambassadeur de Grande-Bretagne en Russie dont les fonctions ont pris fin et qui quittera la capitale mardi, promet de revenir même si ce ne sera pas en tant que diplomate, écrit-il dans une lettre publiée par le quotidien russe Izvestia.

    "La Russie est en plein boum économique et politique, c'est un pays sûr de lui-même qui récupère ses positions sur l'échiquier mondial", estime l'ancien ambassadeur.

    Selon lui, les quatre années passées à Moscou ont été les meilleures de sa vie, avec beaucoup de succès dans les relations entre les deux pays malgré des controverses, la Russie de 2008 différant fortement de celle qu'il avait connu en 2004.

    Cependant, les relations entre la Russie et la Grande-Bretagne sont "dans une situation dangereuse" à cause de la Géorgie, dont l'agression contre l'Ossétie du Sud est qualifiée par l'ancien ambassadeur "de faute énorme", même s'il condamne l'usage disproportionné de la force par la Russie.

    "Ce conflit a déclenché une forte vague de sentiments antirusses en Occident et, au contraire, antioccidentales en Russie, les deux parties évoquant une "nouvelle guerre froide". Il faut en finir. Nous devons faire notre mieux afin de stopper la montée en puissance des accusations réciproques, qui nuisent à nos intérêts communs", poursuit M. Brenton.

    L'ancien ambassadeur est persuadé que la Russie, tout comme la Grande-Bretagne et d'autres pays, sauront tirer les leçons du conflit géorgien.

    "Les processus d'intégration, notamment économique, constituent un contrepoids à la menace de "nouvelle guerre froide". Il faut maintenir le cap sur l'intégration sans la dynamiter", estime le diplomate.

    Lire aussi:

    Un nouvel ambassadeur de Russie en France d'ici novembre
    «S'allier avec les USA fut la plus grande erreur de la Géorgie»
    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik