Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Caucase-APCE: un suivi permanent de la situation est impératif (rapporteur)

    International
    URL courte
    0 0 0

    L'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) est censée assurer un suivi permanent de la situation dans le Caucase après l'escalade du conflit osséto-géorgien, a annoncé mardi Luc van den Brande, rapporteur de l'APCE pour la Russie.

    STRASBOURG, 30 septembre - RIA Novosti. L'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) est censée assurer un suivi permanent de la situation dans le Caucase après l'escalade du conflit osséto-géorgien, a annoncé mardi Luc van den Brande, rapporteur de l'APCE pour la Russie.

    "Notre intervention est nécessaire, un suivi permanent de la situation doit être assuré et il faut faire preuve d'activité", a annoncé Luc van den Brande, ouvrant une discussion à l'APCE sur les rapports Géorgie-Russie.

    La Russie a reconnu le 26 août l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud. Cette décision a suscité une sévère critique à Strasbourg. Certains parlementaires radicaux ont exigé d'exclure la Russie du Conseil de l'Europe.

    M.Brande a noté que l'APCE devait entreprendre des efforts pour renouer le dialogue entre la Russie et la Géorgie, qualifiant les événements du mois d'août de "tragédie humaine" et a ajouté qu'il y avait eu "des éléments avant-coureurs avant le 8 août", sans préciser de quoi il s'agissait.

    Le rapporteur a exprimé son inquiétude face au "manque d'autocritique des parties". Il est selon lui, "impératif d'organiser une enquête internationale sur les événements".

    Luc van den Brande a déclaré à la tribune de l'Assemblée "que la reconnaissance unilatérale de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie était inadmissible, car elle entrait en contradiction avec le droit international". M. van den Brande a appelé les parties en conflit à respecter le plan Medvedev-Sarkozy sur le règlement du conflit osséto-géorgien et a exigé le retrait des troupes russes sur les positions antérieures au conflit.

    Lire aussi:

    11 millions d’euros en moins, l’APCE privée d’un tiers des subventions russes
    «Il y a des parlementaires à l’APCE qui pensent dans les catégories de la guerre froide»
    Moscou juge nécessaire d’éviter la propagation de la crise au Conseil de l’Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik