Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Biélorussie: Moscou et OTSC, axes prioritaires de la défense (Loukachenko)

    International
    URL courte
    0 0 0

    Afin de renforcer la sécurité de la Biélorussie, deux axes sont prioritaires: la création d'un espace de défense commun avec la Russie et la participation à l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), a indiqué lundi le président biélorusse Alexandre Loukachenko.

    MINSK, 15 décembre - RIA Novosti. Afin de renforcer la sécurité de la Biélorussie, deux axes sont prioritaires: la création d'un espace de défense commun avec la Russie et la participation à l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), a indiqué lundi le président biélorusse Alexandre Loukachenko.

    "La réalisation des objectifs en matière de sécurité nationale suivra des axes distincts. La participation aux systèmes internationaux de sécurité, et en premier lieu à l'OTSC, ainsi que la création d'un espace de défense commun avec la Russie sont prioritaires à nos yeux. Evidemment, nous chercherons également à atteindre les objectifs dans ce domaine par nos propres moyens", a déclaré le président biélorusse intervenant lors d'une séance du Conseil de sécurité biélorusse au ministère de la Défense.

    Selon M.Loukachenko, l'armée biélorusse doit être prête à faire face aux conditions de la guerre moderne.

    "Personne n'osera mener une guerre de grande envergure en Biélorussie. (...) Si nous préparons notre armée, il faut la préparer pour une guerre moderne. Il est crucial d'avoir le regard tourné vers l'avenir. Si une agression a lieu, il faut anticiper ses caractéristiques", a annoncé M.Loukachenko, ajoutant que la Biélorussie ne ferait pas d'économies aux dépens de la défense.

    Lire aussi:

    Défense russe: les manœuvres russo-biélorusses purement défensives
    Les finalistes du concours de beauté Miss Biélorussie 2018
    Minsk indigné par l’attitude de la police française à l’égard de son équipe de hockey
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik