Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Base US au Kirghizstan: la fermeture sans impact sur les rapports Bichkek-Washington (ministre)

    International
    URL courte
    0 0 0
    BICHKEK, 9 février- RIA Novosti. Bichkek estime que le retrait de la base aérienne US de Manas, au Kirghizstan, n'affectera pas les relations entre Bichkek et Washington, a déclaré lundi le ministre kirghiz des Affaires étrangères Kadyrbek Sarbaïev.

    "Nous avons déjà des relations, et il ne faut pas lier l'existence de la base au développement des rapports bilatéraux", a déclaré le ministre interrogé par des députés lors d'une réunion du comité parlementaire pour la défense.

    Le chef de la diplomatie kirghize s'est dit convaincu que la décision de résilier l'accord "serait sans effet" sur le sort des autres projets menés conjointement par le Kirghizstan et les Etats-Unis.

    Le 3 février dernier, le président kirghiz Kourmanbek Bakiev, en visite à Moscou, a annoncé la décision du gouvernement de fixer une date butoir à la présence de la base américaine qui abrite 1.200 soldats ainsi que des avions de transport militaire américains dans le cadre de l'opération Liberté immuable en Afghanistan.

    Le gouvernement a par la suite annoncé avoir soumis à l'examen du parlement un projet d'arrêté prévoyant la résiliation de l'accord, qui a été approuvé lundi par le comité parlementaire pour la défense.

    Les membres du comité ont demandé au gouvernement la liste des incidents impliquant des militaires de la base survenus sur le territoire kirghiz depuis 2001. Le gouvernement devra présenter cette information lors de la séance plénière du parlement, qui se penchera sur le sort de la base aérienne. La date de cette séance n'est pas encore établie.

    Lire aussi:

    Poutine explique pourquoi la Russie dispose d'une base au Kirghizistan
    Quelle qualité du Président kirghize Vladimir Poutine apprécie le plus?
    On vous présente le Jimi Hendrix de la musique traditionnelle kirghize
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik