Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Washington à l'origine des tensions avec Moscou (Chevardnadze)

    International
    URL courte
    0 0 0

    L'ex-président géorgien Edouard Chevardnadze, qui fut ministre soviétique des Affaires étrangères sous Mikhaïl Gorbatchev, a accusé vendredi les Etats-Unis d'avoir délibérément envenimé les relations avec Moscou.

    MOSCOU, 27 février - RIA Novosti. L'ex-président géorgien Edouard Chevardnadze, qui fut ministre soviétique des Affaires étrangères sous Mikhaïl Gorbatchev, a accusé vendredi les Etats-Unis d'avoir délibérément envenimé les relations avec Moscou.

    "Hélas, quand les premiers signes d'un retour à la guerre froide sont apparus, l'initiative émanait des Américains. Mais, avec l'élection de Barack Obama, je pense que les Etats-Unis réviseront radicalement leur politique étrangère", a-t-il estimé dans une interview accordée à la chaîne de télévision anglophone russe Russia Today.

    "Autant que je sache, Moscou figure dans l'agenda de ses premières visites étrangères. Il (Barack Obama) rencontrera le président russe, et la Russie pourrait alors renoncer à sa politique agressive à l'égard de la Géorgie", a-t-il indiqué.

    M. Chevardnadze a reconnu que son pays avait fait beaucoup d'erreurs dans sa politique étrangère.

    "Nous avons fait beaucoup d'erreurs. Je ne veux pas me vanter et dire que tout était bien sous ma présidence et que tout s'est détérioré après mon départ. Mais quand j'étais au pouvoir, j'avais de très bonnes relations avec les Etats-Unis qui nous aidaient, qui formaient notre armée et nous prêtaient une assistance financière. J'avais aussi des rapports amicaux - j'insiste là-dessus - avec le président russe Vladimir Poutine que je connaissais bien avant qu'il soit devenu président", a ajouté l'ex-président géorgien.

    Lire aussi:

    «S'allier avec les USA fut la plus grande erreur de la Géorgie»
    Zakharova sur Trump: «Il vient de commencer, donnez-lui sa chance»
    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik