Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Sécurité européenne: Medvedev insiste sur l'élaboration d'un nouveau traité

    International
    URL courte
    0 0 0

    Le président russe Dmitri Medvedev a insisté une fois de plus mardi à Madrid sur la nécessité d'élaborer et d'adopter un nouveau traité de sécurité européenne, estimant qu'il n'y avait pas d'autre alternative dans les conditions actuelles, rapporte le correspondant de RIA Novosti sur place.

    MADRID, 3 mars - RIA Novosti. Le président russe Dmitri Medvedev a insisté une fois de plus mardi à Madrid sur la nécessité d'élaborer et d'adopter un nouveau traité de sécurité européenne, estimant qu'il n'y avait pas d'autre alternative dans les conditions actuelles, rapporte le correspondant de RIA Novosti sur place.

    "Il n'y a pas, à mon avis, d'alternative à un tel traité si nous tenons à considérer la sécurité en Europe comme une notion indivisible, déliée de tout bloc", a déclaré le chef de l'Etat russe lors d'une conférence de presse à l'issue des négociations russo-espagnoles.

    M.Medvedev a une nouvelle fois appelé les pays membres de l'Union européenne (UE) à oeuvrer main dans la main avec la Russie à la mise au point d'un tel document, en ajoutant qu'un tel travail était déjà mené, tant au niveau des chefs d'Etat qu'au niveau des ministères concernés.

    Le président Medvedev a formulé en juin 2008 à Berlin l'idée d'un traité de sécurité en Europe dont les piliers sont le respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale des Etats, le non-recours à la force armée, le contrôle des armements et le principe selon lequel aucune organisation internationale n'a le droit exclusif d'assurer la sécurité en Europe.

    Lire aussi:

    Medvedev: les USA ont lancé une guerre commerciale contre la Russie
    Lavrov: après la défaite de Daech, la présence US met en question l’intégrité de la Syrie
    Les frappes US en Syrie laissent les mains libres aux terroristes, selon Medvedev
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik