Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Essai nucléaire nord-coréen: une catastrophe humanitaire guette le pays (Marguelov)

    International
    URL courte
    Essai nucléaire nord-coréen: réactions (147)
    0 0 0

    Les essais nucléaires effectués par les dirigeants nord-coréens pourraient déboucher sur une catastrophe humanitaire dans le pays, estime le sénateur russe Mikhaïl Marguelov.

    MOSCOU, 25 mai - RIA Novosti. Les essais nucléaires effectués par les dirigeants nord-coréens pourraient déboucher sur une catastrophe humanitaire dans le pays, estime le sénateur russe Mikhaïl Marguelov.

    "En cas de persistance dans son programme nucléaire, la Corée du Nord pourrait se heurter à un régime de sanctions rigides et frôler ainsi une catastrophe humanitaire pour sa population", a fait savoir à RIA Novosti le président du comité des affaires internationales du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe).

    Le sénateur a appelé l'ONU et d'autres organisations internationales à donner à la Corée du Nord une réponse adéquate aux agissements de ce type.

    La Russie avait déclaré à plusieurs reprises qu'elle ne tolérerait pas l'apparition à ses frontières d'un Etat possédant l'arme nucléaire, a rappelé M.Marguelov.

    "Je suis sûr qu'au cours de la réunion d'aujourd'hui du Conseil de sécurité de l'ONU, la condamnation des agissements de la Corée du Nord sera unanime. Pyongyang doit comprendre qu'il ne pourra pas indéfiniment nous tenir au bout de sa ligne", a poursuivi le sénateur russe.

    Les essaies nucléaires de la Corée du Nord réduisent à néant tous les efforts diplomatiques entrepris pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

    Dossier:
    Essai nucléaire nord-coréen: réactions (147)

    Lire aussi:

    Comment Washington attise le militarisme en Corée du Nord
    Pourquoi Poutine a-t-il signé un décret de sanctions contre Pyongyang?
    Guterres: «Une solution militaire serait une catastrophe» en Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik