Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Russie-Ukraine: gel des relations diplomatiques (Iouchtchenko)

    International
    URL courte
    0 10

    L'absence de l'ambassadeur russe en Ukraine signifie de fait le gel des relations diplomatiques avec Moscou, a déclaré le président ukrainien Viktor Iouchtchenko dans une interview au quotidien polonais Rzeczpospolita, que reproduit mardi son service de presse.

    KIEV, 8 septembre - RIA Novosti. L'absence de l'ambassadeur russe en Ukraine signifie de fait le gel des relations diplomatiques avec Moscou, a déclaré le président ukrainien Viktor Iouchtchenko dans une interview au quotidien polonais Rzeczpospolita, que reproduit mardi son service de presse.

    "L'absence d'ambassadeur signifie le gel des relations. Nous souhaitons développer une coopération de bonne qualité avec la Russie et sommes opposés à une querelle entre Ukrainiens et Russes. Quant à la Russie, elle exerce incontestablement une influence sur notre politique, mais, comme l'a montré la dernière élection (présidentielle en 2004), cette influence s'amenuise progressivement", a estimé le chef de l'Etat ukrainien.

    Le président russe Dmitri Medvedev a adressé en août dernier un message à son homologue ukrainien Viktor Iouchtchenko pour lui apprendre qu'il ajournait sine die l'envoi du nouvel ambassadeur russe Mikhaïl Zourabov en Ukraine, en arguant de l'attitude inamicale des autorités ukrainiennes envers la Russie.

    Commentant ce message du président Medvedev, son conseiller Sergueï Prikhodko a déclaré auparavant qu'il n'était question d'aucune rupture ni de gel des relations diplomatiques avec l'Ukraine.

    La prochaine élection présidentielle est prévue en Ukraine le 17 janvier 2010.

    Lire aussi:

    «Seule l’Ukraine peut arrêter la guerre civile en respectant les accord de Minsk»
    Le saviez-vous? Les Grecs antiques parlaient ukrainien (ou pas)
    Donbass: «au lieu de colombes de la paix, Kiev envoie des faucons de la guerre»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik