Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Russie-Venezuela: contrats militaires (médias)

    International
    URL courte
    0 0 10
    MOSCOU, 15 septembre - RIA Novosti. De retour dans son pays, le président vénézuélien Hugo Chavez a exposé les détails de ses négociations en Russie, lit-on mardi dans les quotidiens Nezavissimaïa gazeta et Vedomosti

    Le Venezuela compte recevoir un crédit d'armement russe de 2,2 milliards de dollars pour acheter un système de DCA, des chars et l'artillerie à roquettes. Les experts estiment que Chavez est un partenaire digne de confiance et que l'argent alloué au Venezuela serait d'un grand secours pour le complexe militaro-industriel russe.

    Rouslan Poukhov, éditeur de la revue Eksport vooroujenii (Exportation d'armements), a fait remarquer que le Venezuela n'était pas le premier pays auquel la Russie accordait un crédit d'armement. En 2004, une ligne de crédit a été ouverte pour l'Indonésie qui rembourse peu à peu sa dette. "Le Venezuela est un pays mieux solvable que l'Indonésie. Si le prix du pétrole monte, la dette du Venezuela envers la Russie se réduira. Du point de vue économique, il ne doit pas y avoir de problèmes", a déclaré l'expert. "Bien entendu, il est impossible de mesurer la solidité du régime, estime-t-il. Neanmoins, depuis des années qu'on prévoit la chute de Chavez, rien ne se confirme, puisque jusque là il reste au pouvoir et voila déjà dix ans de cela".

    L'importance du gros contrat pour les constructeurs d'armes russes a également été confirmée par l'auteur du portail Vestnik PVO (Messager de DCA) Saïd Aminov : "La coopération militaire est une source substantielle de recettes d'exportation du secteur de l'économie non tributaire des matières premières. Il s'agit, en fait, de la commercialisation de produits des constructions mécaniques complexes, dont certains sont le résultat d'innovations. L'octroi d'un crédit d'Etat est un des moyens de promouvoir notre production à l'étranger". Pour le complexe militaro-industriel russe, ce crédit est une garantie que les produits fabriqués par lui seront payés opportunément.

    Saïd Aminov estime que les livraisons d'armes russes ne modifieront pas le rapport des forces en Amérique latine : "La présence au Venezuela d'un système de DCA à plusieurs échelons ne créera pas une menace pour les voisins. Cela ne représente un danger que pour un pays qui s'apprête à l'attaquer. Cela n'affectera pas la stabilité, bien que cela puisse rendre nerveux les voisins du Nord du Venezuela". La Russie doit accroître la vente de ces systèmes défensifs de DCA, estime le spécialiste.

    Ce texte tiré de la presse russe n'engage pas la responsabilité de RIA Novosti.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik