Ecoutez Radio Sputnik
    International

    OTAN: un secrétaire général sûr de lui, constructif et novateur (Rogozine)

    International
    URL courte
    0 0 0

    Le secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen, qui affiche une grande assurance, fait preuve d'un esprit constructif et novateur", doit être prêt à une "longue guerre d'usure" pour réaliser l'idée de partenariat stratégique avec la Russie, a estimé vendredi l'ambassadeur russe auprès de l'alliance, Dmitri Rogozine.

    BRUXELLES, 18 septembre - RIA Novosti. Le secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen, qui affiche une grande assurance, fait preuve d'un esprit constructif et novateur", doit être prêt à une "longue guerre d'usure" pour réaliser l'idée de partenariat stratégique avec la Russie, a estimé vendredi l'ambassadeur russe auprès de l'alliance, Dmitri Rogozine.

    Prenant la parole vendredi à Bruxelles au cours d'une rencontre organisée par la fondation Carnegie Europe, le secrétaire général a préconisé la levée des désaccords entre l'OTAN et la Russie et la mise sur pied de rapports de partenariat stratégique.

    "Rasmussen affiche une grande assurance, un esprit constructif et novateur", a noté le diplomate dans un entretien accordé à RIA Novosti, estimant cependant que "tous les invités n'ont pas apprécié son intervention".

    "Si le secrétaire général veut effectivement que toutes ses idées sur le partenariat stratégique avec la Russie se matérialisent, il doit être prêt à une longue guerre d'usure, non pas avec la Russie ou ses représentants mais avec ceux qui se disent alliés de l'OTAN", a indiqué l'ambassadeur russe.

    "J'ai pourtant l'impression qu'il manifeste son esprit combatif justement parce que cette tâche est à sa portée", a ajouté M.Rogozine.

    Lire aussi:

    Stoltenberg: la présence de l'ambassadeur de Russie à l'Otan est utile
    L'Ukraine dans l'Otan: ce n'est pas pour demain, selon Washington
    Stoltenberg: l’Otan déterminée à améliorer ses relations avec la Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik