Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Russie-Kazakhstan-Biélorussie: plus de formule 3 en 1 pour ce qui est de l'adhésion à l'OMC (médias)

    International
    URL courte
    0 0 0

    Les plans de juin de Vladimir Poutine d'adhésion des trois pays à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en qualité d'Union douanière ont été, en fait, annulés. Comme auparavant, la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan prévoient d'adhérer à l'OMC simultanément, mais, si la Russie ou le Kazakhstan réussissent à s'approcher aux négociations de la ligne d'arrivée, ces projets connaîtront probablement le même sort que les déclarations précédentes, lit-on lundi dans les quotidiens Kommersant et Vedomosti.

    MOSCOU, 19 octobre - RIA Novosti. Les plans de juin de Vladimir Poutine d'adhésion des trois pays à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en qualité d'Union douanière ont été, en fait, annulés. Comme auparavant, la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan prévoient d'adhérer à l'OMC simultanément, mais, si la Russie ou le Kazakhstan réussissent à s'approcher aux négociations de la ligne d'arrivée, ces projets connaîtront probablement le même sort que les déclarations précédentes, lit-on lundi dans les quotidiens Kommersant et Vedomosti.

    Expliquant l'abandon des plans antérieurs annoncés par le premier ministre russe, les représentants des trois pays ont souligné qu'en adhérant à l'OMC l'Union douanière tomberait sous le coup de l'article 24 du GATT (Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce) exposant les règles de l'application des accords douaniers et commerciaux régionaux. 17 Unions douanières qui fonctionnent déjà dans le cadre de l'OMC n'ont pas subi l'épreuve de ses dispositions, par conséquent, la nouvelle Union douanière aurait pu figurer aussi sur cette liste. Par ailleurs, selon les conditions de l'OMC, le territoire douanier doit représenter une entité souveraine ayant la direction indépendante de la politique commerciale. Il serait difficile de prouver à l'OMC que l'Union exerce une politique commerciale commune de la Russie, du Kazakhstan et de la Biélorussie, alors qu'elle n'en a même pas encore.

    Les trois pays ont informé les partenaires que les négociations séparées seraient menées en s'appuyant sur ce qui avait déjà été fait au cours du processus d'adhésion de la Russie à l'OMC dans le domaine de l'accès au marché des marchandises : ce dont est chargée l'Union douanière. En pratique, cela signifie que la Biélorussie mènera probablement des négociations sur la base des accords de la Russie, alors que le Kazakhstan qui a déjà conclu des accords bilatéraux avec 22 sur 29 pays devra engager des négociations supplémentaires, car une partie de ses accords avec les membres de l'OMC a été acceptée à un niveau plus bas que ceux de la Russie.

    Les membres de l'Union douanière qui est encore en voie de création annoncent toujours leur intention d'adhérer l'OMC simultanément. Mais on ne sait pas comment cette simultanéité sera assurée techniquement : apparemment, elle n'est qu'une entente interne et informelle entre Moscou, Astana et Minsk. Si la Russie et le Kazakhstan réussissent à accélérer considérablement "leurs" négociations, ils devront choisir s'il faut adhérer à l'OMC immédiatement ou attendre le pays qui retarde : probablement, la Biélorussie qui n'a pas enregistré depuis 1997 d'importants progrès aux négociations avec l'OMC.

    Le principal négociateur russe à l'OMC Maxime Medvedkov reste optimiste : "Je suis presque certain que nous y adhérerons avant même que je prenne ma retraite, ce qui pourrait advenir dans 8 ans".

    Ce texte tiré de la presse russe n'engage pas la responsabilité de RIA Novosti.

     

    Lire aussi:

    Les Brics font front commun pour le libre-échange
    La sortie US de l’OMC pourrait donner lieu à une «guerre commerciale à grande échelle»
    Ministre russe de l’Économie: la posture des USA a engendré des tensions au sein de l’OMC
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik