Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Un Français du CICR kidnappé au Darfour

    International
    URL courte
    0 01

    Une bande armée a enlevé jeudi dans la région soudanaise du Darfour Gauthier Lefèvre, humanitaire français du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), apprend-t-on sur le site officiel de l'organisation.

    MOSCOU, 22 octobre - RIA Novosti. Une bande armée a enlevé jeudi dans la région soudanaise du Darfour Gauthier Lefèvre, humanitaire français du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), apprend-t-on sur le site officiel de l'organisation.

    L'incident a eu lieu près de la ville d'El-Geneina, centre administratif de l'Etat de l'Ouest-Darfour.

    L'administration a souligné que le véhicule à bord duquel le Français retournait en ville portait tous les signes distinctifs du Comité international de la Croix-Rouge.

    Les représentants du CICR ont également affirmé ignorer l'identité des ravisseurs ainsi que les raisons du rapt et exigent la libération sans délai de leur collègue.

    Deux jours avant l'incident, la compagnie d'assurance britannique Hiscox avait publié le palmarès des étrangers kidnappés. Les Chinois, les Français et les Allemands sont les champions.

    La deuxième place de la France dans ce palmarès s'explique par plusieurs facteurs. D'abord, beaucoup d'entreprises françaises sont emplantées à l'étranger. En plus, les Français envoient leurs missions humanitaires dans les zones des conflits, tels que le Darfour et le Yémen. Mais la raison principale, selon Hiscox, est le courage particulier et le sens inné du contact du peuple français, par ailleurs, les Français sont beaucoup moins prudents que les autres étrangers séjournant à l'étranger.

    Lire aussi:

    Une travailleuse humanitaire suisse a été enlevée au Soudan
    Croix-Rouge: le soutien inestimable de Moscou dans les zones de désescalade en Syrie
    Dans le Donbass, évacuation d'une mission du CICR sous les tirs de l'armée ukrainienne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik