Ecoutez Radio Sputnik
    International

    S-300: un bouclier en puissance pour les ambitions nucléaires de Téhéran (expert)

    International
    URL courte
    0 0 0 0

    Les missiles russes S-300 constitueraient pour Téhéran un bouclier qui rendrait caduques les pressions internationales et permettrait au pays de produire une arme nucléaire, a affirmé dans un entretien à RIA Novosti l'orientaliste russe Gueorgui Mirski.

    Les missiles russes S-300 constitueraient pour Téhéran un bouclier qui rendrait caduques les pressions internationales et permettrait au pays de produire une arme nucléaire, a affirmé dans un entretien à RIA Novosti vendredi l'orientaliste russe Gueorgui Mirski.         

    L'Iran a de nouveau accusé ce vendredi la Russie de ne pas honorer le contrat de livraison de systèmes antiaériens S-300, qui a pris un retard de six mois.

    Selon l'expert, ces missiles rendraient Téhéran invulnérable contre une frappe aérienne israélienne, ce qui n'est pas mal tout compte fait, mais ce qui  lui permettant de produire dans ses centrifugeuses de l'uranium enrichi à des fins militaires au mépris de l'ONU, de l'AIEA, de la Russie et des Etats-Unis.

    Israël joue en effet un rôle dissuasif, a affirmé le chercheur. L'Iran qui en est conscient souhaite se délier les mains en obtenant des missiles russes. Mais Moscou ne comprend que trop bien les mobiles de ce désir, même s'il ne l'évoque pas ouvertement.

    Auparavant, Téhéran avait rejeté un plan de l'Agence internationale de l'énergie atomique prévoyant l'envoi de l'uranium iranien en Russie pour porter son taux d'enrichissement à 20%, puis en France où devaient être fabriquées des cartouches pour le réacteur de recherche iranien, a rappelé le chercheur.

    Selon l'expert, le refus de Téhéran tient au fait que Moscou enrichirait l'uranium iranien à 20% seulement. Toutefois, pour créer une bombe atomique, Téhéran a besoin d'un uranium enrichi à 90%, a-t-il expliqué.

    Cela signifie que sous le contrôle de la Russie, l'Iran ne parviendra jamais à ses fins. Voilà pourquoi Téhéran ne peut qu'atermoyer en exigeant de nouvelles concessions.

    Lire aussi:

    L’Iran prêt à reprendre la production d’uranium enrichi dans un délai de 5 jours
    Les USA vont-ils rompre l'accord nucléaire avec l'Iran?
    Accord nucléaire: où passe la ligne rouge pour l’Iran?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik