Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Otan-Russie: poursuite du dialogue malgré les divergences (Appathurai)

    International
    URL courte
    0 10

    Le blocage par le Canada des décisions à la prochaine rencontre ministérielle Russie-OTAN ne se répercutera pas sur son déroulement et n'empêchera pas l'adoption d'une résolution finale, a déclaré James Appathurai, porte-parole de l'Otan.

    Le blocage par la délégation canadienne de toutes les décisions à la prochaine rencontre ministérielle Russie-OTAN ne se répercutera pas sur son déroulement et n'empêchera pas l'adoption d'une résolution finale, a déclaré mardi à la radio Echo de Moscou James Appathurai, porte-parole de l'Alliance.

    "Tout d'abord, il n'y a pas de problème politique entre les deux membres du Conseil Russie-Otan. Nous aurons des négociations... Je suis persuadé que nous ne devons pas dramatiser la situation et qu'une résolution sera adoptée par les 29 pays", a indiqué M.Appathurai.

    Selon le porte-parole de l'Alliance, les représentants de l'Otan attendent de leur future rencontre avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov "un avantage mutuel qui sera réalisé par les 29 pays membres du Conseil Russie-Otan". Il s'est aussi déclaré convaincu que les consultations entre les parties en vue de concerter les points nécessaires pour la rencontre ministérielle se poursuivraient.

    Une réunion du Conseil Russie-OTAN au niveau des ministres se tiendra le 4 décembre. Lors de cette réunion, la première depuis le conflit en Ossétie du Sud, les parties évoqueront "la feuille de route" du développement des relations bilatérale.

    Le délégué permanent russe auprès de l'Otan Dmitri Rogozine a déclaré mardi que la délégation canadienne avait bloqué l'adoption de tous les documents lors de la prochaine rencontre ministérielle Russie-OTAN.

    Lire aussi:

    Stoltenberg: l’Otan déterminée à améliorer ses relations avec la Russie
    L’Otan augmente sa présence dans les zones européennes où ils ont promis de ne le faire
    L'Otan «ne veut pas une confrontation» avec Moscou mais augmente ses dépenses militaires
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik