Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Ossétie du Sud: la reconnaissance par la Russie est une "mauvaise plaisanterie" (Bildt)

    International
    URL courte
    L'Ossétie du Sud et l'Abkhazie en quête d'une reconnaissance internationale (133)
    0 0 0

    La décision russe de reconnaître l'indépendance de l'Ossétie du Sud est une "mauvaise plaisanterie", a déclaré le chef de la diplomatie suédoise Carl Bildt, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE.

    La décision russe de reconnaître l'indépendance de l'Ossétie du Sud est une "mauvaise plaisanterie", a déclaré jeudi le chef de la diplomatie  suédoise Carl Bildt, dont le pays assure à présent la présidence tournante de l'Union européenne, rapporte le journal en ligne belge EUobserver.

    "L'idée de reconnaître l'indépendance de l'Ossétie du Sud est de plus en plus interprétée comme une mauvaise plaisanterie de Moscou, ce qu'elle est, de toute évidence", a estimé M.Bildt, répondant aux questions des membres de la Commission des Affaires étrangères du Parlement européen.

    Le 8 août 2008, l'armée géorgienne a lancé une offensive militaire contre l'Ossétie du Sud, détruisant Tskhinvali, la capitale, tuant des centaines de civils ainsi que des soldats de la paix russes déployés dans cette république autoproclamée. La Russie a opposé une riposte militaire de grande envergure destinée à contraindre la Géorgie à la paix avant de reconnaître le 26 août l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie. Affirmant avoir été "victime d'une provocation russe", la Géorgie a rompu les relations diplomatiques avec Moscou et proclamé les républiques "territoires occupés".

    L'Occident, OTAN en tête, a sévèrement reproché à la Russie l'usage disproportionné de la force en Ossétie du Sud. Néanmoins, quelques mois plus tard, certains politiques européens ont reconnu que la Géorgie était également responsable de l'aggravation de la situation dans la région, déclarant que la Russie et la Géorgie étaient, dans une même mesure, responsables de la guerre dans le Caucase du Sud et de ses conséquences humanitaires.

    La commission d'enquête européenne indépendante dirigée par la diplomate suisse Heidi Tagliavini a reconnu dans son rapport que la guerre d'août 2008 en Ossétie du Sud avait été déclenchée par la Géorgie. Par conséquent, le rapport Tagliavini reconnaît que la Géorgie était agresseur lors des événements d'août 2008.

    Dossier:
    L'Ossétie du Sud et l'Abkhazie en quête d'une reconnaissance internationale (133)

    Lire aussi:

    Bachar el-Assad se prononce sur le statut international de l’Ossétie du Sud
    Damas reconnaît l'Ossétie du Sud: un «acte profondément réfléchi»
    La Syrie et l'Ossétie du Sud établissent des relations diplomatiques
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik