Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Climat: les accords post-Kyoto doivent reposer sur les principes de la justice (Medvedev)

    International
    URL courte
    Sommet de l'ONU sur le réchauffement climatique à Copenhague (37)
    0 611

    Les participants à la conférence climatique de Copenhague doivent définir les principes sur lesquels seront fondés les nouveaux accords post-Kyoto et qui assureront leur universalité, a indiqué vendredi le président russe Dimitri Medvedev.

    Les participants à la conférence climatique de Copenhague doivent définir les principes sur lesquels seront fondés les nouveaux accords post-Kyoto et qui assureront leur universalité, a indiqué vendredi le président russe Dimitri Medvedev.

    "D'ici 2012, nous devons présenter un document juridique réglementant la coopération internationale. Ce document doit être universel et  reposer sur les principes de la justice et de la responsabilité commune.", a indiqué le chef de l'Etat russe intrevenant devant les participants à la conférence sur le réchauffement planétaire de Copenhague.

    Les négociations sur le climat "risquent d'échouer" en l'absence de compromis entre les pays industrialisés et les pays en développement, en s'enlisant dans des arguties de pure forme. Selon les experts, seuls les leaders mondiaux peuvent trancher à présent ce "noeud gordien".  

    Les délégués de 194 pays se sont retrouvés le 7 novembre dans la capitale danoise pour discuter du changement climatique. La conférence de la Convention-cadre de l'Onu sur le changement climatique (CCNUCC) doit déboucher sur la signature d'un accord censé remplacer le Protocole de Kyoto qui expire en 2012.

    Dossier:
    Sommet de l'ONU sur le réchauffement climatique à Copenhague (37)

    Lire aussi:

    La Russie ratifiera l’accord de Paris sur climat d’ici 2020
    Climat : les USA officialisent à l’Onu leur retrait de l’accord de Paris
    La sortie de l’Accord de Paris sur le climat, «une autre bêtise» de Trump
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik