Ecoutez Radio Sputnik
    Armes nucléaires russes et américaines

    START: certains détails restent à régler (Medvedev)

    © Sputnik.
    International
    URL courte
    0 1 0 0

    Le nouveau traité sur la limitation des armements stratégiques offensifs (START) doit être mis au point sous peu, car il ne reste qu'à régler certains détails techniques, a déclaré le président russe Dmitri Medvedev.

    Le nouveau traité sur la limitation des armements stratégiques offensifs (START) doit être mis au point sous peu, car il ne reste qu'à régler certains détails techniques, a déclaré vendredi le président russe Dmitri Medvedev lors d'un entretien avec son homologue américain à Copenhague.

    "Certains détails techniques demandent une précision", a indiqué M.Medvedev.

    Signé en 1991, le traité actuel START 1 (qui a expire le 5 décembre dernier) engageait Washington et Moscou à réduire le nombre d'ogives nucléaires à 6.000 et celui de vecteurs à 1.600 unités pour chaque partie.

    En 2002, la Russie et les Etats-Unis ont conclu à Moscou un traité supplémentaire visant à ramener le nombre de charges nucléaires opérationnelles à 1.700-2.200 pour chaque partie contractante. Ce traité devait être réalisé d'ici 2012.

    Réunis en juillet 2009 à Moscou, les présidents russe et américain, Dmitri Medvedev et Barack Obama ont signé un document notifiant leur intention de réduire le nombre de têtes nucléaires dans une fourchette de 1.500-1.675 unités pour chacune des parties, ainsi que la quantité des vecteurs (de 500-1.100 unités).

    Un jour avant l'expiration du Traité START 1, MM.Medvedev et Obama
    ont fait une déclaration conjointe sur leur attachement à la poursuite de la coopération dans l'esprit de cet accord après son expiration.

    Lire aussi:

    Désarmement: la Russie respecte pleinement le Traité avec les USA
    Trump appelé à sortir du Traité sur les missiles à portée intermédiaire
    Traité FNI: la sortie des USA pourrait déclencher une course aux armements
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik