Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Territoires arabes occupés: le départ d'Israël aggraverait la situation (experts)

    International
    URL courte
    Proche-Orient 2020: une paix universelle est-elle possible? (27)
    0 9 0 0

    Le départ d'Israël des territoires arabes occupés, loin de renforcer la sécurité dans la région, créerait de nouveaux problèmes, estime l'analyste politique israélien Yaakov Amidror.

    Le départ d'Israël des territoires arabes occupés, loin de renforcer la sécurité dans la région, créerait de nouveaux problèmes, estime l'analyste politique israélien Yaakov Amidror.

    Intervenant lundi lors de la conférence "Proche-Orient 2020: une paix universelle est-elle possible?", organisée en Jordanie, il a qualifié de "naïve" la thèse très répandue selon laquelle la fin du conflit arabo-israélien constitue un facteur crucial pour la sécurité dans la région.

    "Pensez-vous réellement que si ce conflit est réglé, Al-Qaïda disparaîtra, les Iraniens cesseront de convoiter le pétrole irakien, les sunnites et les chiites arrêteront de se battre au Yémen et le sang ne coulera plus en Algérie ni au Soudan?", a demandé l'expert israélien. Et de répondre: "Ce sont des balivernes, vous le savez bien".

    Général à la retraite, M.Amidror occupe actuellement des postes clés dans des centres d'analyse prestigieux tels que le Lander Institute et l'Institute for contemporary affairs de Jérusalem.

    Il est persuadé que la présence israélienne sur les territoires occupés est une condition sine qua non de la stabilité et de la sécurité, un facteur qui profite aussi bien aux Israéliens qu'aux Palestiniens.

    "Si nous quittons la Cisjordanie - et je pense qu'il en sera finalement ainsi - elle passera sous le contrôle du mouvement islamiste Hamas, ce qui n'augmenterait pas la sécurité dans la région", a affirmé M.Amidror.

    Un autre participant israélien à la conférence, le co-directeur de l'Israel-Palestine center for research and information Gershon Baskin, estime que les parties au conflit n'arriveront pas à trouver une solution diplomatique sans une intervention  plus active de la communauté internationale.

    "Les Palestiniens ne peuvent pas garantir la sécurité d'Israël et sans cela l'Etat hébreu ne donnera pas de garantie de départ des territoires qu'il occupe. C'est précisément pour cela que le processus de paix engagé à Oslo [en 1993] n'a abouti à rien. Pour obtenir un succès, la communauté internationale doit intervenir massivement, en proposant non seulement des solutions, mais aussi les moyens de les mettre en oeuvre, dont des troupes de paix", a-t-il souligné.

    La conférence internationale "Proche-Orient 2020: une paix universelle est-elle possible?" se déroule en Jordanie sur le bord de la mer Morte. Le forum a été organisé par RIA Novosti et le Conseil russe pour la politique extérieure et de sécurité dans le cadre du Club de Valdaï qui réunit des politologues du monde entier.

    Dossier:
    Proche-Orient 2020: une paix universelle est-elle possible? (27)

    Lire aussi:

    La Palestine confirme la fin de sa coopération avec Israël en matière de sécurité
    Une majorité des Juifs d’Israël contre la poursuite des colonisations?
    Conflit israélo-palestinien: Trump prend ses distances avec la solution à deux États
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik