Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Soudan: le Nord sera le premier à reconnaître l'indépendance du Sud (el-Béchir)

    International
    URL courte
    0 0 0

    Le Nord-Soudan sera le premier à reconnaître le Sud-Soudan si cette région autonome se prononce pour son indépendance lors du référendum de 2011 sur l'autodétermination, a déclaré le président soudanais Omar el-Béchir.

    Le Nord-Soudan sera le premier à reconnaître le Sud-Soudan si cette région autonome se prononce pour son indépendance lors du référendum de 2011 sur l'autodétermination, a déclaré le président soudanais Omar el-Béchir.

    "Si les provinces méridionales proclament leur indépendance, nous serons les premiers à les reconnaître", a-t-il affirmé lors de la célébration du 5e anniversaire de la signature de l'accord de paix qui avait mis fin à la guerre civile entre le nord et le sud du pays.

    Ceci étant, M. el-Béchir a espéré que le Sud-Soudan choisirait l'unité du pays, selon le quotidien Al-Sharq Al-Aswat paraissant à Londres.

    A la fin de 2009, le parlement soudanais a adopté une série de lois s'inscrivant dans le prolongement de l'accord de paix signé en 2005 entre Khartoum et les rebelles sud-soudanais. Les lois concernaient notamment deux référendums prévus en janvier 2011 au Sud-Soudan, le premier portant sur la sécession de cette région autonome et le second invitant la population de la province d'Abiye, riche en pétrole, à dire si elle préfère rallier le Sud-Soudan ou rester partie intégrante du Nord-Soudan.

    Le conflit entre le nord, peuplé principalement d'Arabes musulmans, et le sud, dont la population est composée d'Africains noirs refusant de se laisser islamiser, a duré plusieurs décennies. Après la Seconde Guerre mondiale, les provinces sud ont été rattachées au Soudan qui a accédé à l'indépendance en 1956. Refusant de faire partie d'un Etat soudanais uni, ces provinces ont lancé la lutte pour leur indépendance.

    Cette lutte a débouché sur deux guerres civiles, la deuxième s'étant achevée en 2005, après 20 ans d'hostilités, par l'admission du mouvement rebelle MPLS (Mouvement populaire de libération du Soudan) au sein du gouvernement soudanais de transition. L'accord de paix prévoyait notamment l'organisation d'un référendum sur l'autodétermination des régions méridionales du pays.

    Il a fallu plusieurs années au MPLS et au Parti du Congrès national (PCN) au pouvoir au Soudan pour mettre au point la loi sur le référendum.

    Les relations entre ces deux formations politiques se sont de nouveau aggravées début décembre dernier après la dispersion - dans une banlieue de Khartoum - d'une manifestation paisible organisée par l'opposition au régime d'Omar el-Béchir et soutenue par le MPLS. Les observateurs internationaux ont alors évoqué le risque de reprise des hostilités dans le Sud-Soudan.

    A la fin de 2009, le PCN et le MPLS ont enfin déclaré avoir réglé tous leurs différends.

    Lire aussi:

    Washington veut partager le Soudan en cinq parties, selon Khartoum
    Une base militaire russe au Soudan: les pour et les contre
    Le Soudan se lance dans l’énergie nucléaire, aidé par la Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik