Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Grande-Bretagne/Yémen: suspension des vols directs

    International
    URL courte
    0 0 0

    La Grande-Bretagne suspend la communication aérienne avec le Yémen pour des raisons de sécurité et les vols ne reprendront que lorsque des mesures efficaces permettront de couper court à l'infiltration d'éléments terroristes de ce pays.

    La Grande-Bretagne suspend la communication aérienne avec le Yémen pour des raisons de sécurité et les vols ne reprendront que lorsque des mesures efficaces permettront de couper court à l'infiltration d'éléments terroristes de ce pays, a annoncé mercredi le premier ministre britannique Gordon Brown.

    "Le Yémen est une sorte de couveuse pour les terroristes et un refuge éventuel. Après la zone longeant la frontière afghano-pakistanaise, c'est le deuxième foyer de terrorisme dangereux pour nous", a indiqué M.Brown, intervenant devant le parlement.

    Et d'ajouter que la décision de suspendre les vols directs entre Londres et Sanaa avait été adoptée en accord avec les autorités yéménites.

    "J'espère que les vols reprendront sous peu. Quoi qu'il en soit, la sécurité de nos citoyens reste prioritaire pour nous", a souligné le chef du gouvernement britannique.

    Cette mesure intervient après la tentative d'attentat de la part d'un jeune Nigérian à bord d'un avion de ligne américain le jour de Noël entre Amsterdam et Detroit. Le suspect de l'attentat manqué du vol de la Northwest Airlines, Umar Farouk Abdulmutallab, 23 ans, avait étudié à Londres et entretenait aussi des liens avec le Yémen.

    Le président américain Barack Obama a accusé la branche yéménite d'Al-Qaïda d'avoir entraîné et équipé ce jeune homme, soupçonné d'avoir voulu faire sauter un dispositif explosif peu avant l'atterrissage de l'avion dont il était passager à Detroit le 25 décembre dernier.

    Lire aussi:

    Après trois semaines de blocus, l’Onu envoie une aide humanitaire au Yémen
    Yémen, Iran et armes: où la vérité se cache-t-elle?
    Le Yémen espère reprendre une vie normale avant le Ramadan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik