Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Russie-OTAN: la coopération est très importante en Afghanistan (amiral US)

    International
    URL courte
    Situation en Afghanistan (730)
    0 0 0

    L'OTAN est prête à élargir sa coopération avec Moscou dont elle apprécie le rôle dans les opérations antiterroristes en Afghanistan, a annoncé l'amiral James Stavridis, commandant en chef de la coalition antiterroriste dans ce pays, cité par les médias américains.

    L'OTAN est prête à élargir sa coopération avec Moscou dont elle apprécie le rôle dans les opérations antiterroristes en Afghanistan, a annoncé l'amiral James Stavridis, commandant en chef de la coalition antiterroriste dans ce pays, cité par les médias américains.

    "Je suis ouvert à toute discussion sur l'aide russe en Afghanistan. Ils [les Russes] nous aident à approvisionner nos troupes par les itinéraires nord", a-t-il affirmé, ajoutant que "l'étape suivante de la coopération devait se traduire par une forme ou une autre d'appui logistique".

    L'amiral a rappelé que le transit d'effectifs et de matériel de guerre vers l'Afghanistan était effectué via le territoire russe depuis le début de septembre dernier.

    Il a également évoqué la coopération avec Moscou en vue de maintenir en bon état les nombreux hélicoptères soviétiques qui sont toujours exploités par la coalition et l'armée afghane.

    "Une partie considérable du matériel utilisé par les forces de sécurité afghanes est d'origine russe, et les Russes pourront sans doute nous aider à l'entretenir", a fait remarquer M. Stavridis.

    En novembre 2009, le holding Hélicoptères de Russie (VR) a vendu à la coalition antiterroriste dix nouveaux appareils Mi dont la livraison sera achevée en 2010.

    La Russie a en outré fourni au gouvernement afghan des armes d'infanterie, des systèmes de DCA, des véhicules de transport de troupes et d'autres types de matériel de guerre.

    M. Stavridis a également évoqué l'expérience acquise par le contingent militaire soviétique en Afghanistan entre 1979 et 1989.

    "Nous devons profiter de cette expérience, car il s'agit de choses dont nous devons tirer des leçons", a-t-il souligné.

    L'amiral a réaffirmé qu'il était prêt à entamer à tout moment des pourparlers directs avec le commandement militaire russe.

    "Mon agenda ne prévoit pas de visite en Russie, mais je suis toujours ouvert aux négociations avec mes collègues russes", a-t-il conclu.

    Dossier:
    Situation en Afghanistan (730)

    Lire aussi:

    Les USA, transfèrent-ils des terroristes de Daech en Afghanistan?
    Les USA obligeraient l’Afghanistan à renoncer à 50.000 Kalachnikovs, selon Lavrov
    L’ex-Président afghan décrypte les enjeux américains en Afghanistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik