Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Kosovo: le rôle de l'ONU doit rester crucial (OSCE)

    International
    URL courte
    Statut du Kosovo (2007) (365)
    0 301

    La Russie estime que le rôle des Nations unis dans le processus du Kosovo doit rester crucial, a déclaré le représentant permanent de la Russie auprès de l'OSCE Anvar Azimov.

    La Russie estime que le rôle des Nations unis dans le processus du Kosovo doit rester crucial, a déclaré jeudi à Vienne le représentant permanent de la Russie auprès de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) Anvar Azimov.

    "Nous sommes persuadés que dans le processus du Kosovo le rôle de l'ONU doit rester essentiel et sans alternative", a-t-il indiqué lors d'une réunion du Conseil permanent de l'OSCE. 

    "Nous estimons que le Conseil de sécurité des Nations unies et la mission de l'ONU jouent un rôle irremplaçable dans le contrôle de la situation au Kosovo", selon M.Azimov.

    Il a en outre indiqué que la résolution 1244 du Conseil de sécurité de l'ONU (qui proclame l'intégrité territoriale de la Serbie et prévoit la présence de la Mission d'administration intérimaire des Nations unies au Kosovo, ndlr) restait la seule base légitime du règlement kosovar et devait être suivie par tout les autres pays.

    Le 17 février 2008, les autorités albanaises du Kosovo, soutenues par les Etats-Unis et par certains pays membres de l'UE, ont unilatéralement proclamé l'indépendance de cette province serbe. Belgrade et Moscou se sont opposés à cette démarche, la qualifiant de violation de la résolution 1244 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui proclamait l'intégrité territoriale de la Serbie. A l'heure actuelle, la souveraineté politique du Kosovo a été reconnue par 62 des 192 Etats membres de l'ONU. La Russie, la Chine, l'Inde et plusieurs autres pays influents ont renoncé à reconnaître l'indépendance de cette province.

    Dossier:
    Statut du Kosovo (2007) (365)

    Lire aussi:

    La création d’une armée au Kosovo, une «nouvelle provocation»
    L’idée de la création d’une armée au Kosovo affole l’Otan
    Pour Thaçi, le Kosovo est «champion de la lutte contre le terrorisme». Qu’en pense Daech?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik