Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Ankara plaide pour la création d'une Union eurasienne

    International
    URL courte
    0 0 0 0

    Le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu a proposé de créer en Eurasie une communauté économique analogue à l'Union européenne.

    Le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu a proposé de créer en Eurasie une communauté économique analogue à l'Union européenne.

    "Dans les pays membres de l'UE, la paix repose sur leur économie commune. L'Eurasie a besoin d'adopter la même approche. Nous devons promouvoir un dialogue fondé sur la confiance et renforcé par une coopération économique efficace", a-t-il déclaré jeudi à Ankara lors d'une rencontre avec les ambassadeurs de Turquie dans les pays d'Europe et d'Asie.

    "Si la paix et la prospérité ne s'instaurent pas en Eurasie, elles ne seront garanties nulle part sur la planète", a souligné M. Davutoglu, invitant tous les pays du continent à engager un dialogue au sommet "pour assurer la paix dans le monde entier".

    Selon le chef de la diplomatie turque, les liens économiques et politiques entre ces pays, entretenus jadis grâce à la Route de la soie, doivent se développer actuellement à travers la mise en place de réseaux ferroviaires, routiers et maritimes.

    "Il est indispensable d'unir de nouveau l'Europe et l'Asie", a fait remarquer le ministre, ajoutant que cette tâche serait facilitée par la construction de la ligne ferroviaire Bakou-Tbilissi-Kars, voie la plus courte entre l'Asie centrale et l'Union européenne.

    "Tous les pays d'Eurasie ont une importance stratégique pour la Turquie", a constaté le ministre, dont le pays, candidat à l'UE, peine à voir s'ouvrir les portes de l'adhésion.

    Pour illustrer cette idée, le chef de la diplomatie turque a cité la coopération entre Ankara et Moscou, ajoutant que la suppression envisagée des visas pour les voyages entre la Turquie et la Russie servirait d'exemple pour les Etats eurasiatiques.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik