Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Moscou désavoue la nouvelle stratégie pour le nord du Kosovo

    International
    URL courte
    0 2 0 0

    La nouvelle stratégie pour le nord du Kosovo (majoritairement peuplé de Serbes) présentée par le représentant de l'UE au Kosovo Peter Feith est illégitime, a déclaré jeudi à Moscou le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Andreï Nesterenko.

    La nouvelle stratégie pour le nord du Kosovo (majoritairement peuplé de Serbes) présentée par le représentant de l'UE au Kosovo Peter Feith est illégitime, a déclaré jeudi à Moscou le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Andreï Nesterenko.

    "Le Conseil de sécurité de l'ONU n'a pas habilité le représentant spécial de l'Union européenne à élaborer et à appliquer des solutions pratiques sur le Kosovo (qui avait proclamé unilatéralement son indépendance par rapport à la Serbie en 2008). Nous considérons que le mandat du représentant civil international est illégitime, il repose sur le plan Ahtisaari, un document non approuvé par le Conseil de sécurité de l'ONU et n'ayant donc aucune valeur juridique", a indiqué M.Nesterenko.

    Le document présenté par M.Feith suscite une "grande préoccupation" à Moscou. "Il ressort que les protecteurs de Pristina ne cessent pas d'œuvrer pour modifier le statu quo et imposer le Kosovo indépendant aux Serbes locaux en contournement du droit international", a poursuivi M.Nesterenko.

    Élue selon les lois serbes et appuyée par Belgrade, l'administration serbe du Nord du Kosovo ne reconnaît pas les nouvelles autorités kosovares. La Stratégie a été élaborée par les autorités de la province, qui cherchent à obtenir le contrôle des régions peuplées de Serbes, et par le Bureau civil international (ICO) au Kosovo. Formé par les pays ayant reconnu l'indépendance de cette province serbe, le bureau n'a pas de statut juridique officiel dans la province gérée par l'ONU conformément à la résolution 1244 et à d'autres documents du Conseil de sécurité.

    La Russie dispose des informations selon lesquelles la "Stratégie pour le Nord du Kosovo-Metohija" n'a été examinée ni approuvée au sein de l'Union européenne. "Il s'agit donc d'une initiative privée qui ne peut être recommandée aux structures internationales déployées dans cette région", a estimé le diplomate russe.

    Le 22 janvier dernier, le problème du Kosovo a été au centre d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU. La Russie et la Serbie ont exprimé leur inquiétude face aux nouvelles initiatives violant la résolution 1244.

    Le 17 février 2008, les autorités albanaises du Kosovo, soutenues par les Etats-Unis et par certains pays membres de l'UE, ont unilatéralement proclamé l'indépendance de cette province serbe. Belgrade et Moscou se sont opposés à cette démarche, la qualifiant de violation de la résolution 1244 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui proclamait l'intégrité territoriale de la Serbie. A l'heure actuelle, la souveraineté politique du Kosovo a été reconnue par 62 des 192 États membres de l'ONU. La Russie, la Chine, l'Inde et plusieurs autres pays influents ont refusé de reconnaître l'indépendance de cette province.

    Lire aussi:

    La création d’une armée au Kosovo, une «nouvelle provocation»
    L’idée de la création d’une armée au Kosovo affole l’Otan
    «La division du Kosovo provoquera une réaction en chaîne»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik