Ecoutez Radio Sputnik
International

Otan: la Russie de plus en plus proche de l'adhésion (ex-secrétaire général)

International
URL courte
0200

La Russie se rapproche de plus en plus de l'adhésion à l'Otan, de sorte qu'aujourd'hui une telle perspective est même plus réelle qu'il y a dix ans, a déclaré George Robertson, ancien secrétaire général de l'Alliance.

La Russie se rapproche de plus en plus de l'adhésion à l'Otan, de sorte qu'aujourd'hui une telle perspective est même plus réelle qu'il y a dix ans, a déclaré George Robertson, ancien secrétaire général de l'Alliance, dans une interview que le quotidien russe Kommersant a publiée jeudi.

"A l'étape actuelle, la Russie et l'Otan sont des alliés et dans un avenir très proche, la Russie adhérera inévitablement à l'Alliance si celle-ci ne cesse de s'élargir", a estimé M.Robertson.

A ce jour, l'Otan compte 28 membres, alors que le Monténégro, la Bosnie, la Serbie et la Moldavie se proposent d'adhérer à l'alliance.

Selon M.Robertson, l'Otan ne sera plus une alliance militaire, mais se transformera plutôt en groupement politique, en organisation de sécurité d'un type nouveau, et la Russie sera alors inévitablement impliquée dans ces processus communs à toute l'Europe.

Par ailleurs, l'ex-secrétaire général de l'Otan a constaté une amélioration dans les relations russo-américaines après l'élection de Barack Obama président des Etats-Unis.

"Tant les Russes que les Américains souhaitent sincèrement d'oublier toutes leurs divergences de l'époque de la "guerre froide", a-t-il indiqué.

La Russie et l'Otan sont confrontées aux mêmes menaces, qu'il s'agisse du terrorisme international, du crime organisé, de l'extrémisme religieux ou de la prolifération des armes de destruction massives (ADM).

Parmi les problèmes dont le règlement doit unir la Russie et l'Otan, M.Robertson a retenu la situation en Afghanistan. Il a relevé qu'il est aussi dans l'intérêt de la Russie que les Talibans et Al-Qaïda ne se redressent pas, sinon on pourra s'attendre à nouveaux conflits dans le Caucase.

Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik