Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Kirghizstan: la base aérienne US reprend son fonctionnement (ambassade)

    International
    URL courte
    Situation au Kirghizstan (253)
    0 0 0

    La base aérienne américaine située à l'aéroport de Bichkek et destinée à soutenir les opérations de l'ISAF en Afghanistan, a repris son fonctionnement normal, lit-on lundi sur le site internet de l'ambassade des Etats-Unis au Kirghizstan.

    La base aérienne américaine située à l'aéroport de Bichkek et destinée à soutenir les opérations de l'ISAF en Afghanistan, a repris son fonctionnement normal, lit-on lundi sur le site internet de l'ambassade des Etats-Unis au Kirghizstan.

    "Le centre de transit de Manas a intégralement repris son fonctionnement normal. Le ravitaillement continue au régime ordinaire, le transit des troupes a repris", annonce l'ambassade américaine.

    Le Pentagone a suspendu l'utilisation du centre en fin de la semaine dernière. Les soldats en partance ou au départ d'Afghanistan ont transité par le Koweït.

    La base militaire américaine a été créée en 2001 dans l'aéroport international de la capitale kirghize dans le cadre de l'opération antiterroriste "Liberté immuable" en Afghanistan. En 2009, Bichkek a déclaré le départ définitif des militaires US. Par la suite, cette base a été transformée en centre de transit américain destiné à soutenir les opérations de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) en Afghanistan.

    Des troubles de masse de l'opposition ont éclaté au Kirghizstan le 6 avril faisant 81 morts et près de 1.500 blessés. Le président Kourmanbek Bakiev, venu au pouvoir en 2005 après un coup d'État appelé "la révolution des tulipes", a fui dans son fief de Djalal-Abad (sud). L'opposition a formé un gouvernement provisoire.

    Dossier:
    Situation au Kirghizstan (253)

    Lire aussi:

    L’armée US pourrait quitter l'Afghanistan après les élections du Congrès
    Poutine révèle le lien entre le retrait du contingent US et l'aggravation en Afghanistan
    Trump explique la chute de l'URSS
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik