Ecoutez Radio Sputnik
    International

    OTAN: le "groupe des sages" prône une large coopération avec Moscou

    International
    URL courte
    0 0 0

    Le groupe de 12 experts chargés d'élaborer le nouveau concept stratégique de l'OTAN (dit le "groupe des sages") a appelé les responsables de l'Alliance à élargir la coopération avec la Russie.

    Le groupe de 12 experts chargés d'élaborer le nouveau concept stratégique de l'OTAN (dit le "groupe des sages") a appelé les responsables de l'Alliance à élargir la coopération avec la Russie.

    "Il ne fait aucun doute que l'OTAN est intéressée à coopérer avec Moscou dans l'édification de la sécurité euro-atlantique", a déclaré lundi la présidente du groupe, l'ancienne secrétaire d'Etat américaine Madeleine Albright, devant le Conseil de l’Atlantique Nord.

    Elle a présenté un rapport contenant les recommandations formulées par son groupe au sujet du concept stratégique de l'Alliance.

    Selon Mme Albright, l'OTAN doit s'allier à la Russie pour faire face conjointement au terrorisme, à la prolifération des armes de destruction massive, à la piraterie et au trafic de stupéfiants.

    "On sait que le partenariat est une rue à double sens. La porte de la coopération avec Moscou doit rester ouverte à tous les niveaux", a-t-elle affirmé.

    Créé début septembre 2009 pour mettre au point une nouvelle stratégie de l'OTAN, le "groupe des sages" comprend - outre Mme Albright et son adjoint, l'ancien PDG de Royal Dutch Shell le Néerlandais Jeroen van der Veer -  des diplomates et des scientifiques du Canada, de Grande-Bretagne, d'Allemagne, de France, d'Italie, de Turquie, d'Espagne, de Pologne, de Lettonie et de Grèce.

    Le nouveau concept stratégique remplacera celui adopté en 1999 et doit intégrer, entre autres, les questions relatives à la piraterie et à la sécurité énergétique.

    Lire aussi:

    Madeleine Albright voit la paille dans l’œil de Donald Trump
    Rapprochement Moscou-Ankara: l’Otan a-t-il à se préoccuper?
    Quand Madeleine Albright approuvait la mort de 500.000 enfants en Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik