Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Défaut de paiement: pessimisme des Français et des Américains (sondage)

    International
    URL courte
    0 0 0

    Parmi tous les habitants des pays industrialisés d'Occident, les Français craignent le plus l'éventuel défaut de paiement de leur Etat, 53% d'entre eux l'estimant possible, écrit le Financial Times britannique.

    Parmi tous les habitants des pays industrialisés d'Occident, les Français craignent le plus l'éventuel défaut de paiement de leur Etat, 53% d'entre eux l'estimant possible, écrit le Financial Times britannique en référence au sondage qu'il a réalisé conjointement avec la société Harris.

    31% des Français le croient "possible" et 22% d'autres "très probable". 27% des sondés estiment peu probable l'inconsistance financière de Paris et 7% d'autres "très peu probable". Encore 19% des Français sont moins optimistes mais ne croient pas non plus au défaut de paiement.

    La nervosité de la plupart des Français s'explique sans doute par un grand déficit budgétaire (8%), suppose le quotidien économique.

    Les Américains viennent en deuxième position sur la liste des pessimistes quant à l'éventuel défaut de paiement de leur pays, 46% d'entre eux l'estimant possible. 21% des personnes interviewées aux Etats-Unis le croient "très probable" et 25% d'autres "peu probable". 33% des Américains ne croient pas possible le défaut de paiement de leur pays, 18% adoptent une position plus modérée et 15 "plus catégorique".

    Selon le Financial Times, les craintes des Américains au sujet des finances d'Etat sont tout à fait justifiées, cette année le déficit budgétaire des USA pourrait atteindre 11%.

    Les Espagnols sont beaucoup plus optimistes quant aux perspectives de leur économie, 35% d'entre eux estimant possible le défaut de paiement, alors que 34% pensent qu'il est peu probable.

    40% des Italiens n'excluent pas le défaut de paiement, alors que 29% n'y croient pas.

    33% des Britanniques attendent le défaut de paiement, alors que 30% ne l'envisagent pas.

    Ce sont les Allemands qui sont les plus optimistes. Seulement 28% des sondés supposent possible l'inconsistance financière de Berlin, alors que 43% n'y croient guère.

    Lire aussi:

    Crises de la dette: pourquoi les pays en développement sont-ils moins vulnérables?
    Un tiers des Russes jugent possible une guerre USA-Russie
    Les caisses du Venezuela sont-elles vides? Pour S&P, le pays est de nouveau en défaut
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik