Ecoutez Radio Sputnik
Gazoduc russe

Gazoduc depuis la Russie: Pyongyang se prive de millions de dollars (Séoul)

© Sputnik. Vladimir Fedorenko
International
URL courte
0400

En cas de pose d'un gazoduc depuis la Russie via la Corée du Nord, Séoul est prêt à verser à Pyongyang des dizaines de millions de dollars pour le transit, a déclaré Lee Youn-ho, ambassadeur sud-coréen en Russie.

En cas de pose d'un gazoduc depuis la Russie via la Corée du Nord, Séoul est prêt à verser à Pyongyang des dizaines de millions de dollars pour le transit de gaz, mais le projet est bloqué, vu le conflit dans la péninsule, a déclaré vendredi Lee Youn-ho, ambassadeur sud-coréen en Russie.

"A l'heure actuelle, tout est bloqué par la faute de la Corée du Nord…", a déploré devant les journalistes à Novossibirsk le diplomate, en qualifiant la pose dudit gazoduc de plus important projet russo-coréen conjoint.

Et d'ajouter qu'en cas de réalisation de ce projet, Séoul serait prêt à verser à  Pyongyang "des centaines de millions de dollars" à titre de paiement pour le transit de gaz.

L'ambassadeur a également rappelé que d'autres projets conjoints avec la Russie étaient aussi bloqués à présent, qu'il s'agisse de la pose de lignes de transport d'électricité à travers le territoire nord-coréen ou de la construction d'une voie ferrée qui relie le Transsibérien à la Corée.

"Les projets évoqués sont également avantageux pour les trois pays - les deux Corées (du Sud et du Nord) et la Russie.

Une dizaine d'années du rapprochement entre les deux Corées a cédé place à une hostilité ouverte entre Séoul et Pyongyang.

Les relations entre Pyongyang et Séoul se sont brutalement aggravées suite au naufrage de la corvette sud-coréenne Cheonan le 26 mars dernier en mer Jaune. 46 marins ont alors péri noyés. La Corée du Sud affirme que sa corvette a été torpillée par un sous-marin nord-coréen et demande au Conseil de sécurité de durcir les sanctions contre Pyongyang. Pour appuyer ses dires, Séoul évoque l'enquête menée par des experts militaires de pays amis, dont les Etats-Unis.

La Corée du Nord nie catégoriquement être impliquée dans le naufrage du Cheonan et accuse pour sa part Séoul d'avoir "fabriqué les preuves" du prétendu torpillage de son navire.

Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik
Grands titres