Ecoutez Radio Sputnik
    International

    OMC: l'Union douanière ne doit pas empêcher l'adhésion de la Russie (Merkel)

    International
    URL courte
    L'Union douanière, créée par la Russie, le Kazakhstan et la Biélorussie (237)
    0 0 0

    La chancelière allemande Angela Merkel espère que le fonctionnement de l'Union douanière de la Russie, de la Biélorussie et du Kazakhstan n'empêchera pas l'adhésion de la Russie à l'OMC, rapporte jeudi le correspondant de RIA Novosti.

    La chancelière allemande Angela Merkel espère que le fonctionnement de l'Union douanière de la Russie, de la Biélorussie et du Kazakhstan n'empêchera pas l'adhésion de la Russie à l'OMC, rapporte jeudi le correspondant de RIA Novosti.

    "Je voudrais que le problème de l'adhésion de la Russie à l'Organisation mondiale du commerce soit déjà résolu, que l'Union douanière n'aggrave pas la situation et que les conditions d'investissement soient transparentes", a indiqué Mme Merkel lors du forum russo-allemand Dialogue pétersbourgeois à Ekaterinbourg.

    "L'Union douanière n'a pas suspendu nos efforts pour adhérer à l'OMC", a déclaré à son tour le président russe Dmitri Medvedev.

    La procédure d'adhésion à l'Organisation mondiale du commerce requiert généralement cinq à sept ans. La Russie tente d'y adhérer depuis 1993. Au départ, elle envisageait de pouvoir achever les négociations en 2009, mais les Etats-Unis et l'Union européenne ont fait traîner les pourparlers en longueur en formulant régulièrement de nouvelles conditions.

    Cette attitude a poussé les membres de l'Union douanière à annoncer leur décision de faire candidature commune. Or, l'opposition de certains négociateurs à l'adhésion groupée a contraint ces trois pays à poursuivre les consultations séparément, mais sur une plate-forme concertée.

    Dossier:
    L'Union douanière, créée par la Russie, le Kazakhstan et la Biélorussie (237)

    Lire aussi:

    Merkel: pas question de créer l’Union douanière avec la Turquie dans ces conditions
    Sebastian Kurz: «Même si Ankara veut rejoindre l'UE vers 2023, cela ne se fera pas»
    Ukraine dans l'UE: la route sera longue, selon Vilnius
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik