Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Missiles S-300 pour l'Iran: le contrat toujours en vigueur

    International
    URL courte
    0 0 0

    Le contrat de livraison de systèmes antiaériens S-300 à l'Iran n'a pas été résilié par Moscou, a déclaré aux journalistes le PDG du conglomérat public russe Rostekhnologuii, Sergueï Tchemezov.

    Le contrat de livraison de systèmes antiaériens S-300 à l'Iran n'a pas été résilié par Moscou, a déclaré aux journalistes le PDG du conglomérat public russe Rostekhnologuii, Sergueï Tchemezov.

    A la question de savoir si la Russie respecterait ses engagements envers Téhéran, il a répondu que "la décision devait être prise par le président lui-même".

    "Le contrat n'a pas été annulé jusqu'à présent", a souligné M.Tchemezov.

    Début juin, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté une résolution décrétant de nouvelles sanctions contre l'Iran en réponse à son refus d'abandonner la production d'uranium enrichi. Cette mesure  frappe notamment les livraisons de systèmes sol-air S-300 à Téhéran.

    Après avoir analysé la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, le Service fédéral russe pour la coopération militaire et technique (FSVTS) a conclu que "les restrictions et les exigences formulées dans ce document visaient la fourniture de missiles S-300". Cette conclusion a par la suite été confirmée par le ministère russe Affaires étrangères.

    En décembre 2005, Téhéran et Moscou ont signé un contrat de livraison de cinq systèmes de missiles S-300. Ce contrat n'a pas été complètement exécuté en raison de la protestation des Etats-Unis et d'Israël contre la vente d'armes à l'Iran. En décembre 2008, l'agence officielle IRNA a annoncé, citant le vice-président de la commission du parlement iranien pour la politique internationale et la sécurité Ismail Koussari, que la Russie avait commencé la fourniture de "composantes pour les systèmes de missiles S-300". Le FSVTS a officiellement démenti cette information.

    D'après les médias, la Russie a fourni à la partie iranienne des rampes de lancement, mais pas les missiles eux-mêmes.

    Lire aussi:

    L'Iran intéressé par l'acquisition d'avions civils russes
    La Russie a livré des S-300 à l’Iran. Et après?
    L'Iran teste un système antimissile analogue au S-300 russe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik