Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Haut-Karabakh: l'OSCE condamne les violations du cessez-le-feu

    International
    URL courte
    Conflit du Haut-Karabakh (167)
    0 3 0 0

    Le président actuel de l'OSCE, le ministre kazakh des Affaires étrangères Kanat Saoudabaïev, condamne résolument les violations du cessez-le-feu qui se sont multipliées ces derniers temps le long de la ligne de contacts entre le Haut-Karabakh et l'Azerbaïdjan, a annoncé lundi un communiqué de la diplomatie kazakhe.

    Le président actuel de l'OSCE, le ministre kazakh des Affaires étrangères Kanat Saoudabaïev, condamne résolument les violations du cessez-le-feu qui se sont multipliées ces derniers temps le long de la ligne de contacts entre le Haut-Karabakh et l'Azerbaïdjan, a annoncé lundi un communiqué de la diplomatie kazakhe.

    "La croissance des pertes humaines des deux côtés du conflit suscite une profonde inquiétude", lit-on dans le document.

    Après avoir souligné que les violations du cessez-le-feu entravaient les négociations menées dans le cadre du Groupe de Minsk (Etats-Unis, France, Russie), M.Saoudabaïev a réaffirmé son soutien aux coprésidents du Groupe qui ont appelé le 6 septembre 2010 les parties en conflit à faire preuve de retenue.

    Le conflit du Haut-Karabakh a éclaté en février 1988, lorsque cette région autonome principalement peuplée d'Arméniens eut annoncé son intention de se séparer de l'Azerbaïdjan. En septembre 1991, les autorités régionales ont proclamé la création de la République du Haut-Karabakh avec Stepanakert pour capitale. Cette démarche a fourni un prétexte à des affrontements armés d'envergure à la suite desquels l'Azerbaïdjan a perdu le contrôle du Haut-Karabakh et de sept régions adjacentes.

    Des négociations sur le règlement pacifique du conflit sont menées depuis 1992 dans le cadre du Groupe de Minsk de l'OSCE coprésidé par l'Américain Robert Bradtke, le Français Bernard Fassier et le Russe Igor Popov.

    L'Azerbaïdjan insiste sur la préservation de son intégrité territoriale, tandis que l'Arménie défend les intérêts de la république autoproclamée, le Haut-Karabakh n'étant pas partie aux négociations.

    Dossier:
    Conflit du Haut-Karabakh (167)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik