Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Afghanistan: les effectifs de l'armée portés à 140.000 personnes (Défense)

    International
    URL courte
    Situation en Afghanistan (730)
    0 0 0

    Actuellement, les effectifs de l'armée afghane sont portés à 140.000 personnes, a annoncé dimanche le porte-parole du ministère afghan de la Défense, le général Zahir Azimi lors d'une conférence de presse à Kaboul.

    Actuellement, les effectifs de l'armée afghane sont portés à 140.000 personnes, a annoncé dimanche le porte-parole du ministère afghan de la Défense, le général Zahir Azimi lors d'une conférence de presse à Kaboul.

    Selon lui, vers juin 2011, l'armée afghane comptera 171.600 militaires pour porter ultérieurement ses effectifs à 240.000 personnes. Quant à la police, le nombre de policiers sera augmenté de 109.000 actuels à 240.000. De cette façon, les forces de la sécurité nationale compteront  400.000, a précisé le général.

    En évoquant la situation dans la province de Kunduz (nord de l'Afghanistan), le général a déclaré que "nous ne permettrons de transformer la province nord de Kunduz en un centre d'activité terroriste en Afghanistan".

    Selon le gouverneur de Kunduz,  la province autrefois très calme, est en train de se transformer en un centre d'activité des talibans et des terroristes en provenance  de la Tchétchénie, de l'Ouzbékistan et du Pakistan, plus de 40% du territoire de la province étant contrôlé par les talibans.

    Le porte-parole de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) en Afghanistan Josef Blotz, présent à la conférence de presse, a indiqué qu'il y avait 45.000 militaires étrangers faisant leur service au nord de l'Afghanistan.

    Dossier:
    Situation en Afghanistan (730)

    Lire aussi:

    Afghanistan: une frappe de la coalition détruit une école et blesse 3 enfants
    Afghanistan: 13 policiers tués dans une attaque des talibans à Kunduz
    Washington compte muscler sa présence en Afghanistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik