Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Le premier ministre kosovar impliqué dans un trafic d'organes (APCE)

    International
    URL courte
    0 10

    Le premier ministre kosovar Hashim Thaçi a été le chef d'un réseau criminel responsable du trafic d'organes prélevés sur des prisonniers serbes et albanais, affirme un rapport de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), cité par les médias européens.

    Le premier ministre kosovar Hashim Thaçi a été le chef d'un réseau criminel responsable du trafic d'organes prélevés sur des prisonniers serbes et albanais, affirme un rapport de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), cité par les médias européens.

    "Nous avons établi que Hashim Thaçi, célèbre homme politique kosovar, était à la tête du groupe criminel de Drenica", lit-on dans le rapport publié un jour après que le parti de Thaçi a remporté les législatives kosovares.

    Selon le rapport, de 1998 à 2000, des prisonniers, principalement serbes, auraient été conduits en Albanie puis abattus pour que leurs organes soient prélevés dans un laboratoire clandestin situé à proximité de l'aéroport de Tirana.

    L'auteur du rapport affirme également que les pays occidentaux ignoraient les informations faisant état des crimes graves commis au Kosovo à la fin des années 1990. Le dossier sera officiellement présenté jeudi 16 décembre, mais il est déjà disponible sur le site du Conseil de l'Europe.

    Hashim Thaçi est un des fondateurs de l'UCK (l'Armée de libération du Kosovo), qui luttait pour l'indépendance de la région contre la Serbie en 1998-1999. Le groupe de Drenica constituait la formation dominante au sein de l'UCK.

    Les autorités kosovares ont déjà qualifié le rapport d'"infondé et diffamatoire".

    Lire aussi:

    J’ai vu des femmes violées à Pristina: Kouchner prend la parole après 19 ans de silence
    Les USA ont opté pour le président du Kosovo parce qu’il est facile de «le faire chanter»
    Une armée, dernier espoir des «politiques des bois» kosovars pour se maintenir au pouvoir?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik