Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Tunisie: l'Onu envoie des militants des droits de l'Homme

    International
    URL courte
    Troubles en Tunisie (69)
    0 0 0 0

    L'Onu envoie un groupe d'experts en Tunisie pour évaluer les événements de ces dernières semaines et élaborer des recommandations à l'intention du nouveau gouvernement, a annoncé la Haut Commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme, Navanethem Pillay.

    L'Onu envoie un groupe d'experts en Tunisie pour évaluer les événements de ces dernières semaines et élaborer des recommandations à l'intention du nouveau gouvernement, a annoncé mercredi la Haut Commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme, Navanethem Pillay.

    "Ce groupe (de militants des droits de l'Homme) sera sur place la semaine prochaine", a déclaré Mme Pillay lors d'une conférence de presse à Genève.

    Selon la Haut Commissaire, les heurts sanglants entre les manifestants et les forces de l'ordre en Tunisie ont causé la mort de plus de 100 personnes.Vendredi dernier, après un mois de troubles massifs dans le pays, le président Ben Ali, au pouvoir pendant 23 ans, a fui en Arabie saoudite. La présidence par intérim a été confiée au premier ministre Mohammed Ghannouchi, puis au président du parlement Foued Mebezza. L'élection présidentielle anticipée doit se tenir au cours des 60 jours à venir.

    Lundi soir, un nouveau gouvernement d'unité nationale a été formé en Tunisie. Il a promis  de rétablir l'ordre dans le pays et de procéder à des réformes politiques et sociales.

    L'état d'urgence et le couvre-feu sont en vigueur sur l'ensemble du pays.

    Dossier:
    Troubles en Tunisie (69)

    Lire aussi:

    La Tunisie, futur eldorado des ex-djihadistes ?
    Tunisie: les terroristes peuvent profiter des troubles dans le sud du pays
    Les Frères musulmans empêchent la reprise des relations diplomatiques entre Tunis et Damas
    Donbass: le nombre de victimes civiles en hausse dramatique
    Les USA ne seraient pas satisfaits du futur roi saoudien
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik