Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Londres soupçonne Moscou de vouloir irradier un entrepreneur russe en exil

    International
    URL courte
    0 2 0 0

    La police britannique et les spécialistes de la radioactivité vérifient les informations faisant état d'une étrange maladie de l'homme d'affaires russe Boris Berezovski exilé à Londres et dont Moscou réclame l'extradition, a annoncé dimanche l'hebdomadaire britannique Mail on Sunday.

    La police britannique et les spécialistes de la radioactivité vérifient les informations faisant état d'une étrange maladie de l'homme d'affaires russe Boris Berezovski exilé à Londres et dont Moscou réclame l'extradition, a annoncé dimanche l'hebdomadaire britannique Mail on Sunday.

    Selon le journal, au début de l'année, M. Berezovski (65 ans) a éprouvé un malaise pendant quelques semaines. Pour en établir la cause, il s'est rendu en Israël, mais l'examen médical n'a révélé aucune affection sérieuse.

    L'hebdomadaire n'a pourtant pas précisé en quoi consistait le malaise de M. Berezovski. Comme il a lui-même fait savoir à la radio Echo de Moscou, les médecins israéliens "n'avaient constaté aucune intoxication".

    Le journal suppose pourtant que l'intéressé aurait pu être intoxiqué par une matière radioactive comme celle qui avait servi à empoisonner l'ancien officier du FSB Alexandre Litvinenko.

    Ex-agent secret russe naturalisé Britannique, Alexandre Litvinenko est décédé le 23 novembre 2006 à Londres. Les spécialistes britanniques ont alors affirmé avoir découvert dans son organismes des traces de polonium-210, matière hautement radioactive. Londres a immédiatement accusé Moscou d'être à l'origine du crime. Or, les résultats officiels de l'autopsie n'ont jamais été publiés.

    Les autorités russes ont adressé au Royaume-Uni de nombreuses demandes d'extradition de M. Berezovski accusé en Russie de détournement de fonds à grande échelle. Ces demandes sont pourtant restées sans effet.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik