Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Libye: les journalistes russes kidnappés sont dans une base militaire

    International
    URL courte
    Libye: sanctions contre Kadhafi (800)
    0 0 0

    Les correspondants du quotidien russe Komsomolskaïa Pravda, Dmitri Stechine et Alexandre Kots, et une équipe de la chaîne NTV, enlevés vendredi près de la ville libyenne d'Ajdabia, se trouvent dans une base militaire près de Benghazi, rapporte le site officiel du journal.

    Les correspondants du quotidien russe Komsomolskaïa Pravda, Dmitri Stechine et Alexandre Kots, et une équipe de la chaîne NTV, enlevés vendredi près de la ville libyenne d'Ajdabia, se trouvent dans une base militaire près de Benghazi, rapporte le site officiel du journal.

    "Alexandre Kots et Dmitri Stechine ont réussi à téléphoner la rédaction de Komsomolskaïa Pravda et ont indiqué qu'ils avaient été emmenés à Benghazi, capitale des insurgés, et qu'ils se trouvaient à ce moment-là dans une base militaire près de la ville. Ils sont traités de façon correcte, mais sans politesse particulière", stipule le quotidien.

    Les insurgés ont confisqué tous les documents et le matériel des journalistes sans expliquer les causes de leur détention. Une question répétée par les ravisseurs vise à savoir pourquoi les correspondants se sont rendus au sud de Libye.

    Deux correspondants du quotidien Komsomolskaïa Pravda, Dmitri Stechine et Alexandre Kots, et une équipe de la chaîne NTV ont été enlevés vendredi près de la ville d'Ajdabia. Les journalistes ont réussi à communiquer par satellite qu'ils avaient été arrêtés par des insurgés et seraient en route vers Benghazi.

    La Russie a déjà sollicité l'aide de l'Onu et de l'Otan.

    Dossier:
    Libye: sanctions contre Kadhafi (800)

    Lire aussi:

    Libération de Benghazi: «les plans de morcellement de la Libye compromis»
    Le système américain Patriot doit beaucoup au S-300
    Libye: libération de la ville de Benghazi des terroristes
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik