Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Libye: Medvedev hostile à l'ingérence étrangère

    International
    URL courte
    Libye: sanctions contre Kadhafi (800)
    0 0 0

    Le président russe Dmitri Medvedev s'est prononcé samedi contre l'ingérence étrangère dans le règlement de la situation en Libye lors d'un entretien téléphonique avec le président sud-africain Jacob Zuma, a annoncé le service de presse du Kremlin.

    Le président russe Dmitri Medvedev s'est prononcé samedi contre l'ingérence étrangère dans le règlement de la situation en Libye lors d'un entretien téléphonique avec le président sud-africain Jacob Zuma, a annoncé le service de presse du Kremlin.

    "M.Medvedev a salué le rôle actif des pays africains dans les efforts visant à mettre fin à l'effusion de sang en Libye, il s'est prononcé pour que les Libyens règlent eux-mêmes la situation dans leur pays sans aucune ingérence étrangère et sans aucune recette imposée", a indiqué le service de presse sur son site internet.

    "Le président sud-africain s'est félicité de la décision de M.Medvedev d'envoyer son représentant spécial pour la Libye Mikhaïl Marguélov à Benghazi", selon le communiqué.

    M.Zuma a également informé M.Medvedev des résultats du sommet extraordinaire de l'Union africaine consacré à la Libye qui s'était tenu les 25 et 26 mai derniers à Addis Abeba (Ethiopie). Le Groupe de haut niveau que l'Union africaine a dépêché d'urgence en Libye coopérera avec M.Marguelov, selon le président Zuma.

    Les deux présidents se sont également penchés sur la coopération bilatérale et au sein de la zone BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), y compris en prévision des élections d'un nouveau président du Fonds Monétaire International (FMI).

    Dossier:
    Libye: sanctions contre Kadhafi (800)

    Lire aussi:

    La Chine remporte haut la main la lutte pour l’Afrique
    Trafic d’esclaves en Libye: un politicien local y voit des traces d’un complot médiatique
    «Russophobie enragée», ou comment la Main du Kremlin orchestre la politique sud-africaine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik