Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Mladic menace d'entamer une grève de la faim (journal)

    International
    URL courte
    Ratko Mladic arrêté en Serbie (29)
    0 0 0

    Incarcéré au centre de détention du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) à La Haye, le général Ratko Mladic menace de décréter une grève de la faim si ses revendications restent insatisfaites, rapporte lundi le quotidien serbe Blic, se référant à une source informée.

    Incarcéré au centre de détention du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) à La Haye, le général Ratko Mladic menace de décréter une grève de la faim si ses revendications restent insatisfaites, rapporte lundi le quotidien serbe Blic, se référant à une source informée.

    Ratko Mladic regrette de ne pas s'être suicidé. "Puisque je suis déjà ici (en prison, ndlr), j'exige une aide médicale appropriée et qu'on m'autorise à rencontrer ma famille (…) et mon avocat", a déclaré le général, cité par la source.

    "Sinon, je refuserai de prendre les médicaments et de manger la nourriture que vous m'apportez", a-t-il poursuivi.

    Le quotidien précise en outre que Ratko Mladic menace d'entamer une grève de faim si le TPIY ne paie pas l'avocat qu'il choisira lui-même.

    Commandant en chef de l'armée serbe de Bosnie durant le conflit 1992-1995, Ratko Mladic est accusé de persécution, extermination, meurtre, déportation, actes inhumains et prise d'otages commis durant la guerre de Bosnie (1992-1995) qui avaient fait 100.000 morts et 2,2 millions de déplacés.

    Son procès s'est ouvert le 3 juin 2011. A l'étape initiale, il sera défendu par un avocat serbe de renom.

    Dossier:
    Ratko Mladic arrêté en Serbie (29)

    Lire aussi:

    Le dernier grand accusé de la guerre des Balkans condamné à la prison à perpétuité
    Vers une nouvelle montée des tensions dans les Balkans après la condamnation de Mladic?
    Fils de Ratko Mladic: «le TPIY a choisi de discriminer les victimes»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik