Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Tchernobyl: Kiev a réuni la somme nécessaire pour sécuriser le site

    International
    URL courte
    Accident à la centrale nucléaire de Tchernobyl (94)
    0 12
    S'abonner

    L'Ukraine a réuni presque toute la somme nécessaire pour construire une enceinte de confinement appelée à sécuriser la centrale de Tchernobyl, a déclaré mercredi le premier ministre ukrainien, Nikolaï Azarov, lors d'un entretien à Vienne avec le directeur général de l'AIEA, Yukiya Amano.

    L'Ukraine a réuni presque toute la somme nécessaire pour construire une enceinte de confinement appelée à sécuriser la centrale de Tchernobyl, a déclaré mercredi le premier ministre ukrainien, Nikolaï Azarov, lors d'un entretien à Vienne avec le directeur général de l'AIEA, Yukiya Amano.

    "L'Ukraine a pratiquement réuni les fonds nécessaires afin de construire une enceinte de confinement pour le sarcophage de Tchernobyl", a affirmé le premier ministre cité par son service de presse.

    Les autorités ukrainiennes envisagent de construire une enceinte de confinement destinée à prévenir la destruction du sarcophage recouvrant le 4e réacteur de la centrale. Haute de 105 m, longue de 150 m et large de 260 m, cette structure aura la forme d'une arche érigée au-dessus du sarcophage en vue de le protéger contre les agressions climatiques.

    Lors de la conférence de bailleurs de fonds tenue le 26 avril 2011 à Kiev, l'Ukraine s'est vue promettre 550 millions d'euros pour réaliser le projet.

    Dans la nuit du 25 au 26 avril 1986, une puissante explosion a complètement détruit le 4e réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl (Ukraine), provoquant la contamination radioactive d'une zone de 160.000 km² dans le nord de l'Ukraine, l'ouest de la Russie et le sud-est de la Biélorussie. La catastrophe de Tchernobyl est considérée comme le plus grave accident nucléaire de l'histoire.

    Dossier:
    Accident à la centrale nucléaire de Tchernobyl (94)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik