Ecoutez Radio Sputnik
    International

    La vente des Mistral à la Russie menace les intérêts américains

    International
    URL courte
    La Russie achète un BPC Mistral (316)
    0 8 0 0

    La vente de deux porte-hélicoptères de type Mistral à la Russie constitue une menace pour les intérêts des Etats-Unis dans la région, a annoncé vendredi la congressiste républicaine Ileana Ros-Lehtinen.

    La vente de deux porte-hélicoptères de type Mistral à la Russie constitue une menace pour les intérêts des Etats-Unis dans la région, a annoncé vendredi la congressiste républicaine Ileana Ros-Lehtinen.

    "La plupart de nos alliés dans la région, dont la Géorgie et les pays Baltes, ont subi des ciberattaques, une importante pression économique et même une invasion russe. Il est préoccupant que la France, un allié de l'Otan, ait décidé d'ignorer le danger de vendre des navires de guerre sophistiqués à la Russie, alors que Moscou adopte une attitude de plus en plus hostile envers les Etats-Unis, ses voisins et l'Europe elle-même", a déclaré Mme Ros-Lehtinen.

    La Russie a signé vendredi avec la France le contrat d'achat de deux porte-hélicoptères de classe Mistral.

    Des négociations sur l'acquisition par Moscou de quatre navires de classe Mistral, deux construits en France, par le chantier naval de Saint-Nazaire, et deux autres construits en Russie, ont duré plusieurs mois. Elles buttaient notamment sur le problème du transfert des technologies équipant les bâtiments.

    Le BPC Mistral est long d'environ 200 m et capable de porter six hélicoptères, quatre vedettes de débarquement ou deux navires sur coussin d'air de faible tonnage, ainsi qu'un commando de 450 hommes.

    Dossier:
    La Russie achète un BPC Mistral (316)

    Lire aussi:

    Les Mistral égyptiens seront équipés d’hélicoptères russes
    Moscou formera les pilotes des hélicoptères Ka-52 destinés aux Mistral égyptiens
    L’équivalent russe du porte-hélicoptère Mistral sera construit d’ici 2022
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik